Une page se tourne, ce qu'il faut retenir des derniers vœux de Martin Malvy

 |   |  615  mots
Martin Malvy lors de ses voeux à la presse.
Martin Malvy lors de ses voeux à la presse.
Mercredi soir et ce jeudi midi, Martin Malvy a présenté ses derniers vœux de nouvelle année aux personnalités et à la presse. Ancien journaliste, le président du Conseil régional de Midi-Pyrénées a évoqué l'attentat contre le journal Charlie Hebdo. Il est également revenu sur les enjeux liés à la fusion avec la région Languedoc-Roussillon.

Rendez-vous traditionnels de début d'année, les vœux du président du Conseil Régional de Midi-Pyrénées ont été marqués par l'attentat perpétré mercredi contre le journal Charlie Hebdo. "C'est un moment difficile pour notre histoire, a déclaré Martin Malvy, ce mercredi midi devant les représentants des médias de la région. C'est un drame, plus qu'un crime. On mettra longtemps à comprendre comment des hommes et parfois des femmes peuvent se livrer à de tels actes. Au-delà de la barbarie, il y a la négation du droit à l'information qui est la base de la République. Et, les propos choquants qui sont tenus aujourd'hui sont des attaques contre la démocratie."

Ancien journaliste à La Dépêche du Midi, Martin Malvy a rappelé que "tous les ans, des journalistes français et dans le monde meurent". "Quand des journalistes sont assassinés, cela nous concerne tous car c'est une atteinte contre ce que tous ceux qui nous ont précédés ont bâti, parfois au prix de leurs vies."

Une page se tourne pour Midi-Pyrénées
Bien que "cette année nouvelle commencent sous de mauvais auspices", selon Martin Mavy, celui-ci a également rappelé qu'elle serait importante pour la région. "Pour moi comme pour Midi-Pyrénées, ce sont les derniers vœux, a souri le président du Conseil régional. Une page sera tournée dans quelques mois avec le vote de la loi Notre (Nouvelle organisation territoriale de la République). On n'a pas encore mesuré l'importance de la réforme en cours."

Pour Martin Malvy, le "mariage avec Languedoc-Roussillon est le meilleur qui pouvait intervenir", même si "nous continuerons à coopérer avec l'Aquitaine sur le plan aérospatial et agroalimentaire". Forte d'une histoire et d'une géographie commune, et de 6 millions d'habitants, la nouvelle région disposera de deux métropoles. "C'est une chance, se félicite Martin Malvy. Où sera le siège de la future région ? Le sentiment général s'oriente vers Toulouse. Mais, il va falloir construire de façon équilibrée car on ne fait pas une nouvelle région si l'une domine l'autre." Le président du Conseil régional a aussi évoquer les nouvelles compétences dont elle sera dotée si le projet du gouvernement est voté.

"Je ne postulerai pas à la candidature à la candidature, même si je le regrette quelque peu", a réaffirmé Martin Malvy qualifiant sa décision d'"anecdote". "La seule raison est ma date de naissance. Je vois déjà les affiches sur "le vieux qui s'accroche". La veille, lors des vœux aux personnalités, Martin Malvy avait également abordé la question, déclenchant les rires des convives : "Je n'éprouve pas le désir que l'on me rappelle chaque matin, en permanence, que les années passent, inévitablement. Cela finirait d'ailleurs par me convaincre de mon âge auquel je n'arrive pas à me soumettre".

"Quand le chemin à accomplir se rétrécit, vient le désir de s'échapper, concluait-il alors. J'aurai 80 ans dans un an, mais je ne suis pas en train de faire mes adieux. Je continuerai à fatiguer mes collaborateurs cette année. Je suis bien décidé à rester un temps encore dans le jeu et à apporter mon expérience."

Le président du Conseil régional entend mener à bien la fusion entre les deux territoires. "J'ai rencontré plusieurs fois Damien Alary (le président du Conseil régional du Languedoc-Roussillon, ndlr). Nous allons nous mettre au travail et je serai là jusqu'au lendemain du second tour des Régionales", a-t-il promis.

Gael Cérez
@ photo Rémi Benoit

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :