La startup EarthCube lève trois millions d'euros

 |   |  418  mots
EarthCube a conçu un algorithme qui analyse les images satellites et détecte automatiquement les anomalies sur des sites sensibles.
EarthCube a conçu un algorithme qui analyse les images satellites et détecte automatiquement les anomalies sur des sites sensibles. (Crédits : EarthCube)
Les Toulousains d'EarthCube viennent de lever trois millions d'euros. La jeune pousse a mis au point un algorithme qui analyse les images satellites et détecte automatiquement les anomalies sur les pipelines des plateformes pétrolières.

Après un an et demi d'existence, la startup toulousaine EarthCube a annoncé ce mardi 17 octobre avoir réalisé un tour de table de trois millions d'euros auprès de la société d'investissement 360 Capital Partners.

Une dizaine de recrutements prévus d'ici un an

"Depuis notre création, nous étions en autofinancement. Cette levée de fonds va nous permettre notamment de recruter. Nous sommes déjà passés en quelques mois de 10 à 15 salariés et nous espérons atteindre les 25 collaborateurs d'ici un an", annonce Arnaud Guérin, cofondateur d'EarthCube.

Fondée début 2016 par un ancien ingénieur d'Airbus Defence and Space et un ancien manager de chez Areva, la jeune société a planché sur un algorithme capable de détecter automatiquement des anomalies sur un réseau à partir d'images fournies aussi bien par les satellites, les drones ou les hélicoptères. "En quelques minutes, l'algorithme est capable d'analyser une image satellite et de détecter un problème. La même tâche prend une journée à un photo-interprète", avance Arnaud Guérin, cofondateur d'EarthCube.

Les méthodes manuelles comportent également le risque de passer à côté d'anomalies, un phénomène potentiellement dangereux mais surtout très coûteux pour les industriels. Ainsi, les compagnies pétrolières chiffrent à plusieurs milliards d'euros chaque année le coût engendré par la non-détection de fuites dans les pipelines. Depuis quelques mois, l'algorithme d'EarthCube est testé auprès de cinq compagnies pétrolières et notamment Total.

Sur ce marché, EarthCube est en concurrence directe avec des sociétés américaines comme Orbital Insight ou Space Know mais l'entreprise se positionne comme "une alternative européenne à ces acteurs", et espère que la question de la souveraineté lui fera gagner des points dans cette activité de surveillance qui touche des sites très sensibles.

À la création de la société, EarthCube envisageait aussi de créer des nanosatellites pour observer ces mêmes sites mais depuis la société concentre son activité sur l'algorithme et planche sur une utilisation pour la surveillance de l'environnement. "Par exemple, pour éviter les départs de feu il existe des obligations de défrichage des espaces boisés. Mais il est très difficile de vérifier l'application de cette mesure et notre algorithme pourrait être utile dans ce cas", détaille Arnaud Guérin. Sur cette deuxième activité, EarthCube cible à la fois les agences de sécurité civile et les assureurs.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :