Willty, la start-up toulousaine de couponing veut conquérir les salles de sport

 |   |  471  mots
Rémy Pillot, Nathan Paucton et Felipe Faraggi les trois fondateurs de Willty.
Rémy Pillot, Nathan Paucton et Felipe Faraggi les trois fondateurs de Willty. (Crédits : DR)
La start-up toulousaine Willty revisite le "couponing" en proposant des bons d'achats aux sportifs. Lauréat de la 4e promotion des campeurs de la TIC Valley, la société se rémunère grâce aux partenariats signés avec des entreprises de commerce et de service qui gagnent dans l'opération de nouveaux clients. Willty vient de signer un partenariat avec le leader des éditeurs logiciels de salles de sport et aimerait réaliser une levée de fonds d'ici la fin de l'année.

Faire du sport et recevoir en échange des bons d'achat, c'est le concept lancé il y a quelques mois par la start-up toulousaine de couponing Willty. À la genèse du projet : Nathan Paucton, 24 ans et titulaire d'un master en management de l'innovation à l'IAE de Toulouse, Rémy Pillot, infographiste de 28 ans, et Felipe Faraggi, codeur âgé de 32 ans.

"L'idée nous est venue lors de la dernière édition du Start-up week-end au printemps 2014. Nous sommes très sportifs mais beaucoup de gens n'arrivent pas à se motiver pour faire une activité régulière. Les sportifs de haut niveau ont leurs sponsors. Pourquoi ne pas attribuer un sponsor à chaque sportif amateur ?", explique Nathan Paucton, le PDG de la jeune société.

Fidéliser la clientèle des salles de sport

Intégrée pendant six mois au sein du Camping de Toulouse, la société commence à lancer son business auprès d'adeptes de la course à pied entre avril et octobre 2014. En s'exerçant, les sportifs reçoivent des cadeaux, un remise ou des bons d'achat à dépenser auprès d'une quarantaine de boutiques de gastronomie et de sport partenaires ainsi que des sites de e-commerce. "Willty se rémunère grâce à ces accords. De leur côté, les partenaires gagnent en visibilité et de nouveaux clients", avance Nathan Paucton, cofondateur de la start-up. Depuis l'automne, la société a "pivoté" son activité en se tournant vers les salles de sport.

"Notre offre permet aux salles de sport de fidéliser leur base clients, note le cofondateur de Willty. 70 % des inscrits aux salles de sport ne terminent pas leur année, la majorité des abandons se situant en général au bout de 6 à 8 semaines. Pire, 10 % des adhérents ne remettent pas une seule fois les pieds dans la salle où ils se sont inscrits."

En quelques semaines, la start-up a déjà conquis deux salles de sport (une à Toulouse et une autre en Loire-Atlantique) et surtout elle a signé un partenariat avec Resamania, l'éditeur de logiciel de gestion pour les clubs de fitness leader sur le marché français. "Resamania vend en option le service 'Willty' aux salles de sport", précise Nathan Paucton. Nous avons présenté notre concept au dernier salon mondial du fitness à Paris et cela a suscité un vif intérêt auprès des professionnels." La start-up s'est fixée pour objectif de conquérir 30 salles de sport cette année.

Autre défi pour 2015 : réaliser une levée de fonds auprès d'investisseurs. "Nous aurions besoin de 300 000 euros, détaille le PDG de Willty. Ces fonds représentent un relais de croissance, ils nous permettraient de recruter des codeurs et des forces commerciales pour conquérir de nouveaux partenaires dans des villes supplémentaires. Et pourquoi pas de nous étendre à d'autres sports."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :