CitizenFarm, l’aquarium qui fait pousser des fraises

 |   |  415  mots
Ozarium, le petit aquarium-potager
Ozarium, le petit aquarium-potager (Crédits : DR)
C’est un petit aquarium qui sert également de potager d’appartement. Cette innovation écologique et pédagogique, qui surfe sur la tendance "éco-responsable", a mûri dans la tête d’un jeune étudiant toulousain, Pierre Osswald. Il est le seul en Europe à commercialiser ce produit.

Son petit nom : Ozarium. Cet aquarium d'intérieur a été inventé par Pierre Osswald, 27 ans. Tout juste sorti de Toulouse Business School, le jeune entrepreneur originaire du Tarn a développé son concept pendant un an et demi avant de créer son entreprise, CitizenFarm : "Enfant, j'ai vécu chez mon grand-père agriculteur et j'étais habitué à manger des légumes frais. Durant mes études à Paris, Toulouse et Shanghaï, j'ai réfléchi à un moyen de produire moi-même ces légumes... en appartement."

Aquaponie

Seul en Europe à commercialiser ce produit, Pierre Osswald décrit son aquarium comme un outil s'inspirant de la nature. "Les plantes se nourrissent des déchets des poissons, et nettoient l'eau en y injectant de l'oxygène. C'est un mini-écosystème, adapté à un usage citadin et accessible à tous." Écologique et ludique, l'aquarium s'inspire d'une pratique industrielle, l'aquaponie. Pierre Osswald a réussi à y faire pousser des plantes aromatiques, mais aussi des fraises. "Bien sûr, on y fera pas pousser des concombres ou des tomates, mais c'est avant tout un outil pédagogique, destiné aux enfants." L'aquarium, 100 % français, est produit à Albi, par la société Coplastic. Vendu avec les graines, mais sans les poissons, Ozarium coûte 79 euros. "J'ai vendu plusieurs modèles à Noël. Je suis très content car beaucoup de retours m'indiquent qu'à côté des jouets électroniques, Ozarium a été le cadeau préféré des enfants."

Écologique et ludique

Ozarium n'a pas encore généré de chiffre d'affaires, mais les prévisions sont optimistes : "70 000 euros la première année, et 350 000 euros la 3e année", espère le jeune entrepreneur. Lancée sur fonds propres essentiellement, la société a quitté l'incubateur TBSeeds en juin dernier, et le directeur de l'école de commerce s'en souvient encore. "Ce jeune aura un succès à la hauteur de l'originalité de son concept !", s'enthousiasme François Bonvalet. Aujourd'hui, Pierre Osswald compte sur plusieurs distributeurs pour proposer son produit : Nature et Découvertes, Truffaut, Gamm Vert. "Ça avance bien", confie-t-il. Déjà lauréat l'année dernière du concours régional des étudiants créateurs d'entreprises, Pierre Oswald est à l'heure actuelle à la recherche d'accompagnement professionnel et de fonds. Un premier apport de "love money" de 30 000 euros devrait l'aider à se développer rapidement. "Je dois me faire connaître", affirme le jeune chef d'entreprise, qui était présent sur le dernier Salon Midinnov à Toulouse. CitizenFram a été présenté sur "la maison du futur".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :