À Toulouse, le secrétaire d'État Thierry Mandon veut rassurer les universités et la recherche

 |   |  739  mots
Thierry Mandon, Martin Malvy et la rectrice Hélène Bernard discutent avec une étudiante bientôt inscrite à Paul Sabatier
Thierry Mandon, Martin Malvy et la rectrice Hélène Bernard discutent avec une étudiante bientôt inscrite à Paul Sabatier (Crédits : Rémi Benoit)
Nommé le 17 juin en remplacement de Geneviève Fioraso, Thierry Mandon a effectué à Toulouse son premier déplacement comme secrétaire d'État à l'Enseignement supérieur et à la recherche. Une première visite pour rassurer un milieu universitaire inquiet et réaffirmer l'importance d'une Recherche qui "maintient debout la France".

Ce jeudi 16 juillet, Thierry Mandon, le nouveau secrétaire d'État à l'Enseignement supérieur et à la recherche, était à Toulouse pour la matinée. Nommé le 17 juin, trois mois après la démission pour raisons de santé de Geneviève Fioraso - une vacance qui avait inquiété le milieu de la recherche - Thierry Mandon est venu réassurer le soutien du gouvernement aux universités et à ses chercheurs.

Première étape de son programme toulousain, Thierry Mandon s'est rendu à l'université Paul Sabatier pour le lancement du programme de rénovation "Université 2025".

"Il y a deux ans jour pour jour, nous avions reçu Geneviève Fioraso pour évoquer la rénovation de notre université, car nous sommes à rebours de ce que nous enseignons ici, a rappelé Bertrand Monthubert.

Nous devons construire l'université de demain et je salue l'État, le gouvernement et la Région pour leur soutien à ce programme de travaux qui nécessite de l'audace. Nous avons effet revu les financements et abandonné l'idée d'un partenariat public-privé (PPP) pour maîtriser les coûts."

Première en France, le programme de rénovation est en effet cofinancé par l'université et la Caisse des dépôts à hauteur de deux millions d'euros via un dispositif de financement original : l'intracting.

"Il s'agit d'un dispositif souple et innovant qui vient d'Allemagne, a précisé Philippe Lambert, le directeur régional de la caisse des dépôts. Cela va nous permettre de financer 110 travaux de rénovation qui engendreront des économies qui rembourseront le capital. La Caisse des dépôts espère développer ce modèle dans d'autres campus."

Un appel que n'a pas contredit le secrétaire d'État. "Si nous pouvons le reproduire ailleurs, nous le ferons, a déclaré Thierry Mandon. Auparavant, l'État misait sur les PPP et confondait engagement sur la durée et urgence tout en confiant les clefs à des grands groupes. L'Université Paul Sabatier a la bonne idée de s'interroger sur cela. Je tenais à le souligner et à vous en féliciter."

Thierry Mandon

Rappelant que c'est "la recherche qui maintient notre pays debout", Thierry Mandon a incité les entreprises chargées de la rénovation à utiliser les innovations développées dans le cadre du programme NéOCampus qui lui avaient été présentées lors de son arrivée à l'université.

Des laboratoires de niveau européen

Après les sciences "dures", Thierry Mandon s'est rendu à l'université de Sciences sociales Jean Jaurès, pour en inaugurer la toute nouvelle Maison de la recherche. Ce bâtiment flambant neuf de 10 000 m2, conçu par les agences d'architecture Valode et Pistre et Cardete et Huet, a été livré à l'université en janvier dernier. Il s'ajoute à la première Maison de la recherche construite en 1994.

Maison de la recherche

"Cet espace était indispensable pour avoir une recherche innovante à l'université Jean Jaurès, s'est félicité Jean-Michel Minovez, le président de l'université, qui a rappelé l'engagement de l'État dans la reconstruction totale du campus. "Plus de 300 millions d'euros ont été investis en 15 ans, au deux tiers pris en charge par l'État, a-t-il précisé. C'est le seul campus de France complètement reconstruit."

Maison de la recherche

Financées par le Contrat de plan État-Région 2015-2020, deux plateformes technologiques sont en cours d'installation dans les locaux inaugurés ce jeudi. La première, dédiée à l'étude des "comportements, cognition et usages" permettra d'attirer "des laboratoires et des instituts de recherche européens pour multiplier les collaborations de haut niveau". La seconde, consacrée aux archéosciences et à l'environnement de Midi-Pyrénées, regroupe les laboratoires Geode et Traces sur un espace de 1230 m2.

"Maintenant, nous sommes dotés comme les grands laboratoires européens", ont confié à Thierry Mandon les différents chercheurs rencontrés pendant la visite des locaux.

"Il est important que les sciences humaines et sociales retrouvent toute leurs place dans l'excellence du pays, a affirmé le secrétaire d'État. Nous attendons beaucoup de la recherche dans ce domaine."

Maison de la recherche

Après ce passage du côté du Mirail, Thierry Mandon a réalisé une visite éclair dans les futurs locaux de la Communauté d'universités et d'établissements (Comue) Toulouse qui abritera un "guichet unique" pour les étudiants à partir du 1er septembre près du Quai des savoirs, allées Jules Guesde. Une réunion avec les acteurs de la Comue a clos cette première visite du secrétaire d'État à Toulouse.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :