Geneviève Campan directrice du Cnes Toulouse, invitée de la Matinale La Tribune

 |   |  431  mots
Geneviève Campan est directrice du Centre spatial de Toulouse depuis le 1er janvier
Geneviève Campan est directrice du Centre spatial de Toulouse depuis le 1er janvier (Crédits : Rémi Benoit)
Portée par le succès de la mission de l’astronaute Thomas Pesquet, la politique spatiale française est mise en œuvre par le Cnes. À Toulouse, le centre spatial est dirigé par Geneviève Campan qui sera l’invitée de la rédaction le mardi 11 juillet. Au programme de cette interview en public : la transformation digitale, le new space, les défis technologiques et la place centrale de Toulouse dans le spatial européen.

Geneviève Campan est la nouvelle directrice du Cnes à Toulouse. Titulaire d'un DEA de mathématiques appliquées et diplômée de l'Enseeiht, elle entre au centre national d'études spatial dès la fin de ses études en 1980 dans la division mathématiques spatiales. Ingénieure mécanique spatiale pour les mises à poste des premiers satellites de télécommunication français (Télécom 1 et TDF) pendant 16 ans, elle multiplie ensuite les postes de manageur : cheffe de la division Exploitation des satellites de télécommunications, sous-directrice Opérations (fonction qui l'amène à gérer l'ensemble des satellites du Cnes de 1996 à 2001), elle créé le département "Mission et exploitation de données" puis est nommée en 2011 directrice du Système d'information. Le dernier cap de sa carrière pense-t-elle avant finalement d'être nommée directrice du centre spatial de Toulouse, poste qu'elle occupe depuis janvier dernier. En parallèle, elle a pris le poste de directrice du Numérique, de l'exploitation et des opérations. Une direction stratégique à l'heure où le secteur spatial vit des changements majeurs liés à la révolution du big data et où tous les projets du Cnes ont besoin de stockage de calculs.

Au cours de son interview en public, Geneviève Campan abordera un des axes majeurs de son action, la transformation numérique en cours au sein du CNES :

"Le numérique modifie et va modifier profondément nos métiers et notre fonctionnement. Le rapport à l'information change, le rapport au temps change, l'intégration du numérique dans toutes les dimensions de nos projets est une évidence. Les acteurs du numérique s'invitent dans le monde du spatial, et les capacités du monde numérique ouvrent des perspectives et des capacités accrues dans le développement nouveaux services utilisant les données spatiales, permettant une valorisation maximale des données du spatial au service d'utilisateurs, qu'il faut savoir écouter et accompagner en tant que de besoin. Le Cnes est reconnu pour son excellence technologique avec une démarche plutôt "techno push", aujourd'hui nous devons rester très innovants tout en nous mettant, en interne et en externe, en capacité d'écouter, de répondre et inventer l'espace de demain dans un monde en fort changement.  Ces évolutions sont autant techniques, que méthodologiques que culturelles.

Depuis plusieurs mois, on réfléchit aussi à améliorer les pratiques de management recherchant efficacité, réactivité, dynamisme, collaboration, ouverture, créativité et responsabilisation au bon niveau, intégrant les approches 'test and learn'"

-->  Inscrivez-vous ici

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :