À Toulouse, étudiants et chercheurs conçoivent leur campus intelligent

 |   |  873  mots
Marie-Pierre Gleizes, chargée de la mission neOCampus entourée de doctorants toulousains participant au projet.
Marie-Pierre Gleizes, chargée de la mission neOCampus entourée de doctorants toulousains participant au projet. (Crédits : Rémi Benoit)
Pendant les vacances de Pâques, trois salles de cours de l'Irit à Toulouse seront équipées de caméras et de capteurs de température ou de luminosité. Initié en 2013 et regroupant 10 laboratoires, le programme neOCampus a pour vocation de créer un campus intelligent alliant qualité de vie et économies d'énergie. Une initiative saluée par le CNRS qui vient d'allouer près de 100 000 euros au programme.

Avec 36 000 usagers et 407 000 m2 de superficie, le campus de l'université Paul Sabatier rivalise à lui seul avec une ville moyenne comme Périgueux. "C'est une véritable petite commune avec des...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :