Des lignes aériennes entre la Chine et Toulouse actuellement en discussion

 |   |  342  mots
L'aéroport de Toulouse-Blagnac.
L'aéroport de Toulouse-Blagnac. (Crédits : Rémi Benoit)
Des lignes aériennes directes pourraient voir le jour entre l'aéroport de Toulouse-Blagnac et certaines villes de Chine. C'est en tout cas une hypothèse qui a été longuement évoquée hier, à l'issue de la 11e édition de la table ronde des maires français et chinois.

Lundi 26 septembre se tenait la onzième édition de la Table Ronde des maires français et chinois à la mairie de Toulouse. À cette occasion, d'éventuelles coopérations économiques, culturelles et technologiques ont été évoquées entre différents maires de France et de Chine, autour du thème "Les villes en mutation".

Les maires étaient accompagnés pour cette journée par des représentants de grandes entreprises et acteurs économiques importants, dont l'Aéroport Toulouse-Blagnac. Ce dernier en a profité pour réouvrir la discussion sur de nouvelles lignes aériennes franco-chinoises. En effet, depuis que l'aéroport toulousain est détenu à 49,9% par des actionnaires chinois, ce projet est sur la table.

"Les villes chinoises représentées ont montré leur volonté d'ouvrir des lignes aériennes directes entre elles et l'aéroport de Toulouse-Blagnac. Mais, nous n'en sommes qu'au stade des souhaits et des volontés", a tenu à relativiser Wu Hailong, à la tête de la délégation chinoise venue à Toulouse.

Négociations en cours

Pour Jean-Luc Moudenc, le maire de Toulouse, les négociations sont un peu plus avancées. "Aujourd'hui, les touristes chinois arrivent par Paris seulement. Il existe une très forte concurrence entre plusieurs villes françaises importantes pour être la seconde porte d'entrée dans le pays. Actuellement, des négociations sont en cours entre l'aéroport de Toulouse et des compagnies chinoises à ce sujet. Le fait d'avoir un actionnariat chinois à presque 50 % dans notre aéroport est bien évidemment une aide importante dans ce type de tractations, à forts enjeux économiques", a précisé l'élu toulousain.

Avant d'ajouter : " Ces lignes directes seraient formidables pour la ville de Toulouse et sa région, mais cela prendra du temps avant de se mettre en place. Si c'est le cas, cela sera un véritable atout face aux autres villes françaises".

Pour le moment, aucune échéance ou calendrier n'a été évoqué à ce sujet.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/10/2016 à 18:42 :
Milles excuses mais il faut lire dans mon commentaire précédent: La fibre de Carbonne et non de verre...
a écrit le 08/10/2016 à 18:38 :
If y fait bon vivre.. Out mais aussi y travailler... Je rappelle à notre cher maire distingué que nos entreprises se battent pour consolider notre avancée technologique: Aider par tous les moyens notre Iot Valley à Labège qu'ils s'entassent dans un campus étroit et qu'il n'y aucune ligne de métro pour desservir ce pôle mondial en devenir! Une paille ! Sigfox en voie de devenir le futur Microsoft mondial des objets connectés. Nos sous traitants aéronautiques se débinent : Latécoère : Les filières des matériaux du présent et du futur pour les transports: la fibre optique: Toulouse? Non Rien alors que L'usine CFE / Toray fournisseur des fibres de carbone pour nos avions s'établit à Pau. Pas à Toulouse. Le salon JEC World des matériaux composites se passe à Paris . Safran établit son centre rue recherche à Eragny / Oise.. Pas à Toulouse . Toujours Safran et AFI KLM ouvrent une usine de réparation de pâles de moteurs dans le Nord. Pas à Toulouse! Et Bordeaux la perfide, elle ouvre son centre de maintenance des aéronefs des armées à Mérignac. pas à Toulouse où siège pourtant Airbus Defence... Et l'espace.. parlons-en : Le centre de suivi des futurs satellites Istrium, le GPS Européen se passera à St germain en laye.. pas à Toulouse, pourtant le centre Européen du CNES qui suit déjà beaucoup de satellites .. Un comble.. Bref je passe... Il y en a trop.

Alors si l'activité aéronautique se ralentit à Toulouse comme c'est prévisible .. Un peu.. mais celà suffit à faire tousser la région...

Alors je souhaite que notre maire ne vante pas seulement sa douceur de vivre, son cassoulet et ses violetes. Mais qu'il fasse tout pour faire venir les investissements à Toulouse . Et les Chinois sont un cadeau. Qu'attend-on??

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :