Des Toulousaines lancent Digital Girls pour "plus de mixité dans le numérique"

 |   |  533  mots
Carole Maurage,  directrice du Labo des usages de Toulouse.
Carole Maurage, directrice du Labo des usages de Toulouse. (Crédits : Rémi Benoit)
Une nouvelle association va bientôt voir le jour à Toulouse. Digital Girls a pour objectif de promouvoir des femmes engagées dans le numérique à Toulouse et au-delà afin d'encourager la mixité dans un milieu majoritairement masculin. Une première rencontre est prévue le 13 mars prochain. Carole Maurage, directrice du Labo des Usages au sein de la Mêlée numérique, est l'une des fondatrices. Interview.

Quelle est la genèse de l'association Digital Girls?

L'idée remonte au mois de juin dernier lors de la tenue de la Mêlée numérique à Toulouse. J'ai lancé ce projet avec Lisbé Juin, PDG de Loliplop, Camille Durand qui travaille pour Airbus BizLab, Marion Fontana, coordinatrice du Camping Toulouse à la Tic Valley et Cécile Le Roch, PDG de Wearebooking.

Nous sommes parties du constat qu'il y a un manque de mixité dans l'économie numérique. Dans les écoles d'ingénieurs ou les établissements informatiques, les filles n'osent pas s'inscrire dans des filières où les garçons sont surreprésentés. Et, sur le plan professionnel, il existe encore peu de projets de start-up portés par des femmes. Nous ne sommes pas du tout féministes, mais l'idée est d'essayer de changer les habitudes et d'encourager un meilleur équilibre. Nous sommes parrainées par Girls In Tech Paris.

En mai dernier, "une lettre ouverte sur le féminisme dans la tech" a été lancée. Quand Google a dévoilé que 70 % de ses employés étaient des hommes, cela a aussi fait réagir. Pensez-vous qu'il y a un début de prise de conscience ?

Oui, dans certaines équipes de développeurs presque exclusivement composées d'hommes, le besoin de mixité se fait ressentir. Des études ont montré que les hommes ont tendance à coder pour coder alors les femmes s'intéressent au code pour en faire quelque chose de plus et, aujourd'hui, les entreprises recherchent de tels profils.

Quelles actions prévoyez-vous ?

Une première rencontre ouverte au public est prévue le vendredi 13 mars au Fablab de Toulouse. Ce premier Meet-up aura pour thème : "Faut-il avoir un profil Tech pour lancer sa Startup ?". Trois "speakeuses" animeront le débat : Valérie Balavoine, PDG d'Axible Technologies, Lisbé Juin de Loliplop et Cécile Le Roch de Wearebooking. Le thème est général et notre objectif est de rassembler un public mixte. D'autres rencontres suivront, nous aimerions aussi organiser des tables rondes. Des afterworks entre filles pour discuter de manière informelle sont également prévus.

"La Barbe" !

Lors des Trophées de l'Économie Numérique, en mai dernier à Toulouse, la cérémonie a été perturbée lors de l'introduction par le collectif La Barbe : une dizaine de femmes est montée sur scène. Elles ont pris la parole pour dénoncer le manque de représentation féminine lors de La Mêlée Numérique "54 intervenants masculins sur 60, 90 % d'hommes au bureau de la Mêlée, 89 % d'hommes parrains des Trophées du numérique", ont-elles calculé.
Édouard Forzy, coprésident de La Mêlée, a répondu à l'époque, après l'événement : "elles ont raison et la promotion des femmes dans le secteur du numérique fait partie de nos préoccupations. Cependant, même s'il est vrai que les femmes sont peu présentes sur la technique, on les retrouve davantage sur les métiers de communication et sur le web." Sur les chiffres, Édouard Forzy affirme qu'il y a 20 % de femmes au bureau de la Mêlée et reconnaît que "c'est peu".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :