Une dotation publique de 202 M€ pour la reconstruction de l'Université du Mirail

 |   |  396  mots
Le nouveau Mirail comptera finalement d'ici 2016, 23 hectares réaménagés, 94 000 m2 de bâtiments rénovés ou reconstruits, 1 100 places de parking redistribuées
Le nouveau Mirail comptera finalement d'ici 2016, 23 hectares réaménagés, 94 000 m2 de bâtiments rénovés ou reconstruits, 1 100 places de parking redistribuées
Le partenariat public-privé (PPP) signé entre l'État, les collectivités locales et Vinci,, scelle la 3e tranche de reconstruction de l'université du Mirail à Toulouse. Les premières démolitions sont imminentes.

La nouvelle fac du Mirail est attendue pour 2016 !et ce grâce à un partenariat public-privé signé le 21 décembre dernier entre Jean-Michel Minovez, le président de l'université Toulouse II et Gino Gotti, de Vinci construction France.
A la clé : un investissement public de 202 M€ qui permettra la reconstruction du Campus et une somme à peu près équivalente pour l'entretien et la maintenance pendant 27 ans. "Concrètement le partenaire privé VINCI met la mise de départ, et l'État s'engage à le rembourser sous forme de loyers annuels de l'ordre de 13 M€", a expliqué le président de Toulouse II.
Cette troisième phase de rénovation vient en complément des opérations successives de Contrats de projet État-région déjà menés depuis 1994 pour un montant de 150 M€.

Accueillir 24 000 étudiants
A terme l'Université disposera de 20 000 m2 supplémentaires, soit 130 000 m2 de surfaces, contre 109 000 actuellement. Elle sera reconstruite sur site, grâce à un système d'opérations à tiroirs qui permettent de reloger les usagers au fur et à mesure. Une nécessité pour cette université conçue pour 9 000 étudiants dans les années 60 et qui en compte 24 000 aujourd'hui, (avec des effectifs post bac en hausse de 20 % cette année).
La démolition de deux bâtiments centraux sera engagée dès le mois de juin. "Le désamiantage de ces bâtiments est en cours, et la reconstruction devrait démarrer à la rentrée", a indiqué le représentant de Vinci France.
Quant à la maîtrise d'œuvre du projet, elle sera assurée par les architectes Valode et Pistre associés à Cardete&Huet. "Nous allons proposer une réinterprétation contemporaine du projet initial dans le respect de l'esprit Candilis", explique Gérard Huet qui décrit " une université ouverte sur la ville, évolutive par rapport aux exigences de demain, baignée de lumière naturelle". Les actuelles coursives seront rehaussées (8m de haut au lieu des 3m actuels). Pour cet exercice, le groupement s'est adjoint les conseils d'un collectif d'universitaires et de chercheurs dont le philosophe Michel Serres.

Le nouveau Mirail comptera finalement d'ici 2016, 23 hectares réaménagés, 94 000 m2 de bâtiments rénovés ou reconstruits, 1 100 places de parking redistribuées. Par ailleurs, l'hypothèse de la construction de 200 logements étudiants à proximité du quartier, est à l'étude en collaboration avec Toulouse métropole et habitat Toulouse.

Béatrice Girard

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :