Immobilier de bureaux : grands groupes et startups réveillent le marché

 |   |  397  mots
Le futur immeuble de Stelia
Le futur immeuble de Stelia (Crédits : OTIE)
Les indicateurs sont au vert pour le marché de l'immobilier de bureaux à Toulouse. Avec 89 800 m2 transactés depuis le début de l'année (soit une hausse de 30 %), le secteur affiche son meilleur résultat depuis 5 ans. Les grosses entreprises mais aussi les startups font bouger le marché.

"Après une année 2015 un peu pauvre concernant l'immobilier d'entreprise avec 112 000 m2 transactés, 2016 sera sans doute meilleure", a indiqué Michèle Belan, la présidente de l'OTIE, ce jeudi 7 juillet, à l'occasion de la présentation du bilan du secteur depuis le début de l'année.

Les chiffres lui donnent raison avec, concernant les transactions de bureaux, près de 90 000 m2 transactés pendant le premier semestre 2016. Pour rappel, la moyenne des cinq dernières années plafonnait à 68 800 m2. Sur un an, la progression du semestre est significative : + 31 %.

13 309 m2 de bureaux neufs pour Stelia Aerospace aux Ramassiers

Le deuxième trimestre de 2016 a été particulièrement actif avec 12 transactions enregistrées (51 000 m2 commercialisés). La plus significative concerne les 13 309 m2 de bureaux construits par le groupe 3R sur le site des Ramassiers pour Stelia Aerospace, filiale à 100 % d'Airbus.

La seconde est une location de 5 974 m2 par Airbus de l'un des bâtiments Galaxia sur le site aéroportuaire.

La troisième concerne le 244 à Bordelongue. Vide depuis sa construction, ce bâtiment de 3 000 m2 a été acheté par GIB Media, société de service de conseil en e-marketing.

"Une fois de plus, ce sont les grandes transactions qui boostent le marché", a pointé Michèle Belan, qui note que "le marché des petites entreprises est dynamique, mais il représente peu de mètres carré. Celui des PME et ETI reste peu dynamique."

Les startups font bouger le marché

Autre évolution notable ces derniers mois : les emménagements ou déménagements de startups qui commence à impacter significativement le marché, avec ce trimestre 2 400 m2 loués par l'IoT Valley à Labège et 1 000 m2 par AtHome au centre-ville. "À l'OTIE, nous réfléchissons à ce nouveau marché et à leurs demandes particulières", a pointé la présidente de l'observatoire.

Seul revers de ces performances, sous l'effet des libérations par de grands donneurs d'ordres, l'offre disponible s'élève désormais à 247 000 m2.

Les investisseurs reviennent

Par ailleurs, 48 millions d'euros ont été investis dans le tertiaire depuis le début de l'année dans l'agglomération. L'OTIE y voit un signe que la métropole toulousaine redevient attractive pour les investisseurs. Ils ciblent en priorité les quartiers de la Cartoucherie, les Ramassiers et Bordelongue.

"Nous attendons par ailleurs plusieurs transactions supérieures à 4 000 m2 au 3e trimestre, ce qui nous rend très optimistes", a conclu la présidente de l'observatoire.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :