Changement de cap pour le constructeur GA, qui veut doubler son volume d’activité dès cette année

 |   |  458  mots
(Crédits : Rémi Benoit)
Arrivé il y a un an à la tête du GA, groupe spécialisé dans l'immobilier d'entreprise, Sébastien Matty, le nouveau président du directoire, imprime sa marque. Il vise 200 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2015 et souhaite poursuivre le développement de GA, notamment en Aquitaine.

S'il assure qu'il n'est pas question d'appliquer une "méthode Bouygues", Sébastien Matty a ajouté les termes "stratégie", "croissance", "développement" au vocabulaire de l'entreprise. Des termes qui n'étaient, selon lui, "pas forcément dans les gènes du constructeur". Avec un chiffre d'affaires de 165 millions d'euros en 2014, stable par rapport à 2013, Sébastien Matty envisage 2015 comme l'année du retour de la croissance avec un chiffre d'affaires attendu de 200 millions d'euros. Une progression qui s'explique notamment par la construction du campus Thales à Bordeaux. La livraison de cette opération de 55 000 m2 est annoncée pour juin 2016.

"Mais ce n'est pas la seule raison, d'autres projets se préparent et nous devrions globalement multiplier le volume des commandes par 2,5 cette année", évalue le président du directoire.

Parmi les autres actualités en cours, le groupe construit en ce moment l'un des bâtiments du siège social d'Airbus Group à Blagnac : "Ce bâtiment de 10 000 m2 sera dédié au Shared services et la livraison de cette opération d'un montant de 11 millions d'euros est prévue pour la fin de l'année", décrit Sébastien Matty.

Moins spectaculaire, mais très emblématique, GA s'est aussi vu confier la construction du futur siège social de l'entreprise de matériaux de construction Chausson Matériaux (3 600 m2 à Saint-Alban). En cours également, à Labège, sur un terrain leur appartenant, la construction d'une succursale de l'enseigne BMW qui regroupera, sur 4 500 m2, BMW, BMW i (les voitures électriques), BMW premium selection et les véhicules de marque MINI.

Une implantation à Bordeaux envisagée

Parmi les axes de développement du groupe la région parisienne, Midi-Pyrénées et les autres régions de France sont des priorités. Le patron passe d'ailleurs un tiers de son temps à Paris. "Mais nous réfléchissons aussi à nous implanter à Bordeaux pour y améliorer notre visibilité. La ville est très ouverte, il y a un réel appel d'air", explique-t-il. À ce jour, GA réalise un quart de son activité dans la capitale de l'Aquitaine.

Les opérations de rénovation qui concernent surtout la région parisienne représentent à ce jour 30 % du volume de la commande. "Nous avons doublé notre chiffre d'affaires sur ce segment que l'on fait évoluer."

L'hôtellerie et le résidentiel sont par ailleurs des secteurs convoités par le groupe avec une première opération annoncée début 2016.

Dans l'agglomération toulousaine, GA reste attentif aux emplacements.

"Labège est pour nous un secteur dynamique et attractif. Même si le projet de métro y est retardé, cela n'a rien de rédhibitoire", estime Sébastien Matty qui regarde aussi Montaudran et la Cartoucherie avec beaucoup d'intérêt.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :