L'immobilier d’entreprise en forte progression à Toulouse

 |   |  289  mots
Futur siège d'Akka Technologies à Blagnac
Futur siège d'Akka Technologies à Blagnac (Crédits : DR)
Avec plus de 26 Md€ investis dans l’immobilier de bureaux en 2014, le marché français affiche un bon bilan. Surprise : Toulouse en a profité aussi avec des montants investis en hausse de 71 %.

Avec 26 Md€ investis dans l'immobilier d'entreprise en 2014, le marché français a retrouvé des couleurs. 19,2 Md€ ont concerné la région Île-de France, qui a concentré à elle seule 76 % des investissements. Les bureaux sont les premières cibles (avec 15,8 Md€ investis), suivis par les commerces (6,4 Md€ investis).

"Sur ce dernier segment, les investisseurs étrangers confirment leur retour avec 40 % des volumes investis dans les pieds d'immeubles et les centres commerciaux", analyse Julien Sinet, consultant investissement pour BNP-Paribas dans la région Sud-Ouest.

+ 71 % à Toulouse

Dans les régions, l'investissement en immobilier d'entreprise a progressé en moyenne de 38 % en un an. Le chiffre atteint 71 % à Toulouse. La Ville rose se hisse au troisième rangs des métropoles régionales françaises derrière Lyon et Marseille avec 424 M€ de montants investis. Au niveau du commerce, Toulouse concentre 50 % des volumes investis dans le cadre de trois opérations majeures. Il s'agit d'abord de la revente par Unibail Rodamco de la galerie Labège 2 à Carmila (foncière Carrefour) pour un volume supérieur à 150 M€. Il y a ensuite une opération menée par BNP Paribas dans le cadre d'un portefeuille de commerce de centre-ville pour un volume supérieur à 40 M€. Enfin, la revente de la galerie Compans par Mab Development à Pitch Promotion.

Au niveau des bureaux, un volume de l'ordre de 220 M€ a été investi et c'est Blagnac qui a concentré la moitié des investissements avec notamment les opérations de Safran, Akka Technologies et Osmose.

Selon Julien Sinet, "2015 devrait conserver la même dynamique, car les liquidités des SCPI et des OPCI, principaux investisseurs, sont là bien présentes. Seul bémol : Toulouse sera peut-être confrontée à un manque de bâtiments neufs pour satisfaire leur demande", craint le spécialiste.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :