Le crowdfunding appliqué à l'immobilier, interview de Jean-Baptiste Vayleux, confondateur de Lymo.fr

 |   |  401  mots
Jean-Baptiste Vayleux
Jean-Baptiste Vayleux
Jean-Baptiste Vayleux est confondateur de Lymo.fr, plateforme de crowdfunding spécialisée dans l'immobilier qui a déjà levé plus de 500 000 € auprès de 140 investisseurs. Il en explique le principe, les biens proposés et ses perspectives de développement. Interview.Vous avez créé une plateforme de crowdfunding spécialisée dans l'immobilier, quel est le principe ?

Jean-Baptiste Vayleux est confondateur de Lymo.fr, plateforme de crowdfunding spécialisée dans l'immobilier qui a déjà levé plus de 500 000 € auprès de 140 investisseurs. Il en explique le principe, les biens proposés et ses perspectives de développement. Interview.


Vous avez créé une plateforme de crowdfunding spécialisée dans l'immobilier, quel est le principe ?

Nous sommes promoteurs de logements dans lesquels nous proposons à des particuliers d'investir collectivement selon le principe du financement participatif, le crowdfunding. Nous développons exclusivement la niche de la "micro-promotion" c'est-à-dire de petits programmes de moins de dix logements dans lesquels nous donnons aux particuliers la possibilité d'investir à partir de 1 000 € et leur garantissons une rentabilité de 10 % d'intérêts par an hors impôts. Compte tenu de l'échelle de nos projets, les fonds investis sont remboursés rapidement entre 12 et 18 mois. A ce jour et depuis notre création il y a six mois, nous avons déjà levé plus de 500 000 € auprès de 140 investisseurs.

Quels types de biens proposez-vous ?
Etant donné que nous sommes nous mêmes promoteurs, nous sélectionnons soigneusement les biens et les emplacements en amont. Nous développons donc des programmes de faible densité et sans logements sociaux. Nos constructions ne dépassent pas le R+1, c'est la garantie de faibles charges à l'arrivée. Nous privilégions des zones en forte croissance démographique : Toulouse bien sûr, mais aussi Bordeaux, Montpellier, Aix-Marseille, Nice, Lyon, le genevois français et Paris. Dans l'agglomération toulousaine, nous ne nous éloignons pas au delà de 10km de la place du Capitole avec une préférence pour les villes recherchées de la première couronne : Balma, Tournefeuille, Blagnac, L'Union, Saint Jean.

Quel est le profil type de vos investisseurs ?
Ce sont des cadres, des professions intermédiaires et libérales âgés de 30 à 40 ans, ils vivent plutôt en région parisienne et n'ont pas forcément un gros pouvoir d'achat. C'est notre positionnement qui veut cela : avec un ticket d'entrée à 1 000 €, nous ciblons réellement le particulier.

Quelles sont vos perspectives de développement ?

D'ici la fin de l'année, nous tablons sur 700 000 € de montant levé sur la plateforme et 4 projets financés dans l'agglomération toulousaine et dans l'Hérault. Pour 2014, nous prévoyons de commercialiser 10 projets et de doubler la collecte pour atteindre entre 1,5 et 2 M€.

Propos recueillis par Béatrice Girard.
©photo DR

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :