Philippe Pacheu, Promologis : "1.200 logements livrés cette année"

 |   |  323  mots
Philippe Pacheu, président du directoire de Promologis
Philippe Pacheu, président du directoire de Promologis
Le président du directoire de Promologis détaille les perspectives de son groupe immobilier pour 2012. Il évoque aussi ses stratégies en matière d'accession à la propriété et d'implantation dans les ZAC.

Le président du directoire de Promologis détaille les perspectives de son groupe immobilier pour 2012. Il évoque aussi ses stratégies en matière d'accession à la propriété et d'implantation dans les ZAC.

Quelle place occupez-vous dans le marché des bailleurs sociaux en Midi-Pyrénées ?
La Région Midi-Pyrénées compte près de 110 000 logements sociaux et nous représentons 20 000 logements. Cette année, nous livrerons 1200 logements et en mettrons 1000 en chantier, dont une majorité dans l'aire urbaine toulousaine. C'est un chiffre stable chez nous depuis six ans avec une montée en puissance des logements destinés à l'accession à prix maîtrisés. Chaque année, en effet environ 200 locataires Promologis deviennent propriétaires via notre filiale Promopyrène. Nous les accompagnons dans leurs recherches de financement et leur assurons un certain nombre de conditions favorables comme l'exonération de taxe foncière et la possibilité de redevenir locataire en cas d'accidents de la vie.

Dans quelles communes de l'aire urbaine seront situées vos principales opérations cette année ?

A Toulouse, mais aussi dans les communes de l'agglomération comme Blagnac, Cornebarrieu, Saint-Jean, Launaguet. Dans le Muretain, également à Pins-Justaret, Labarthe-sur-Lèze, Roques-sur-Garonne, Muret pour ne citer qu'elles. Nous livrerons par ailleurs 49 logements à Castanet-Tolosan.

Promologis est-il présent sur les Zac ?

Aujourd'hui 30 % de nos constructions se situe en Zac. A Monges-Croix-du-Sud par exemple, nous lancerons cette année la phase 2 du programme construit avec l'architecte Gilles Perraudin. Cela représentera une vingtaine de logements, mais pour l'heure, nous sommes encore en attente d'une modification du PLU qui rendra la zone constructible. Par ailleurs, nous répondons actuellement à l'appel d'offres lancé pour la Cartoucherie. Nous souhaitons y faire une opération de mixité urbaine et sociale. Le promoteur avec lequel nous ferons équipe n'est pas encore choisi, mais si nous sommes choisi, nous souhaiterions construire notre premier bâtiment à énergie positive dans cet écoquartier.

Propos recueillis par Béatrice Girard

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/03/2017 à 16:47 :
Monsieur Pacheu
Difficile de joindre qui que ce soit de compétent pour faire aboutir nos requêtes .......
Ilotiers invisibles....
Le laisser aller de l'entretien des parties communes de la résidence Bel-Air à Aucamville laisse plus qu'à désirer.
Les plafonds des entrées s'écroulent les lattes de métal peuvent blesser, la lumière des halls d'entrées inexistantes .....
Au n°1 pas d'interrupteur dehors pour allumer les plafonniers, par temps humide l'on peut chuter .Il y aurait tant à dire ....
Un tel désintéressement est inadmissible pour le danger qu'il peut causer, aucune entreprise depuis Logiterm est capable de pailler à ces pannes récurrentes(1 an sans lumière à l'entrée du N°1 ......) 8 locataires de plus de 80 ans
Le but de mettre les personnes âgées encore valides dans des sénioriales à 8 ou 10 kms... loin des centres médicaux des points d'alimentations n'est pas une très bonne idée. Lorsque vous avez rue du Général Maurel (Pharmacie ,laboratoire ,pédicure ,kiné infirmières la mairie à 100 mètres il serait normal que les personnes d'un certain âge soient prioritaires ne trouvez-vous pas ?...
Je vous prie de croire monsieur ,à l'expression de mes sincères salutations
En espérant une réponse ce qui représenterait à mes yeux le sérieux de Promologis "vingt ans en arrière " avec( Mrs Haira Delrieu et Dubourg )
Mme Andurand Solange

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :