Stéphane Lévin, l'explorateur de l'extrême témoigne du changement climatique

 |   |  475  mots
Stéphane Lévin a ouvert le Forum COP21 Toulouse organisé par La Tribune Objectif News.
Stéphane Lévin a ouvert le Forum COP21 Toulouse organisé par La Tribune Objectif News. (Crédits : Rémi Benoit)
L'explorateur extrême Stéphane Levin a fait ce jeudi 15 octobre l'ouverture du Forum Climat COP21. Le Toulousain est revenu sur ces diverses missions scientifiques et d'observation au cours desquelles il a pu appréhender très concrètement les conséquences du changement climatique. Il a également évoqué son prochain projet - vivre seul dans le désert du Namib pendant 121 jours - auquel il souhaite associer un maximum d'acteurs. Il revient longuement sur ce projet dans une interview vidéo accordée à La Tribune Objectif News.

Le froid, les ours, la nuit totale... Rien ne fait peur à Stéphane Levin. En 2002, l'explorateur, scientifique, photographe, réalisateur a fait le choix de s'isoler en Arctique. 121 jours en solitaire, 106 dans la nuit polaire, dont 70 dans l'obscurité totale par des températures atteignant les -70°C.

Stéphane Lévin

© photo Rémi Benoit

Mais si le voyage est solitaire, la démarche n'est pas égoïste. "J'ai fait le choix de l'aventure au service des autres : du climat, des sciences, de la médecine...", explique ainsi Stéphane Levin. Lors de cette expérience, il a ainsi servi de "souris de laboratoire" et a également testé de nombreux matériels en conditions extrêmes.

Stéphane Lévin

© photo Rémi Benoit

Il a également mis en œuvre le programme Voyageurs des sciences avec des lycéens de Toulouse qu'il a amené avec son équipe en Amazonie, en Arctique et dans le désert marocain. "Une école autrement", qui a également permis aux jeunes de mieux comprendre les enjeux du changement climatique.

Stéphane Lévin

© photo Rémi Benoit

Car, au cours de toutes ses aventures, l'explorateur toulousain a été le témoin privilégié des changements climatiques. Un phénomène aux conséquences très visibles dans les milieux extrêmes qu'il a fréquenté. "Ces 'pancakes', qui annoncent le début de la formation de la banquise, apparaissent aujourd'hui avec deux mois de retard."

Stéphane Lévin

Au Groenland, Stéphane Levin passait en camion à cet endroit précis. "Aujourd'hui, la banquise ne se forme plus", constate-t-il. © photo Rémi Benoit

En 2016, Stéphane Levin va repartir à l'aventure. Cette fois, c'est dans le désert du Namib, l'un des endroits les plus chauds du monde, que l'explorateur a choisi de s'isoler pendant 121 jours pour mener ses expériences scientifiques. "Les médecins qui me suivent depuis 12 ans ont choisi ce désert car il a la particularité de rester chaud la nuit. Et j'y serai au meilleur moment, lors de l'été austral, au plus chaud. Soit d'octobre 2016 à fin févier 2017.

Stéphane Lévin

© photo Rémi Benoit

70°C au sol, des bouffées d'air à 47 °C. Des conditions extrêmes dans lesquelles la résistance physique de l'être humain sera mise à l'épreuve, au même titre que les nombreux matériaux que Stéphane Levin va emporter avec lui. "Du darwinime technologique", comme le présente l'explorateur toulousain. D'ici là, il souhaite mettre en place tous les partenariats d'ici à fin décembre 2015. "Je veux fédérer des entreprises. Cela permet de croiser les savoirs."

Stéphane Lévin


© photo Rémi Benoit

"La planète est comme cet igloo, fragile et, comme pour cet igloo, la lumière viendra de l'intérieur, de ceux qui l'habitent, des hommes", conclut Stéphane Levin pour évoquer les enjeux du climat.

Stéphane Lévin est revenu sur ce projet dans une interview vidéo accordée à La Tribune Objectif News.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :