Innovation et export au secours de la filière vins en Occitanie

 |   |  688  mots
Carole Delga a clos la cérémonie LTWF
Carole Delga a clos la cérémonie LTWF (Crédits : Edouard Hannoteaux)
La première édition de La Tribune Wine's Forum organisée à Perpignan ce mercredi 9 novembre a été l'occasion de dresser un état des lieux de la filière vitivinicole en Occitanie. Plusieurs experts se sont succédé pour évoquer l'innovation et l'international. La présidente de Région Carole Delga a clos la matinée en réaffirmant la volonté du Conseil régional de soutenir la filière.

Pendant quelques heures, Perpignan était la capitale de vins de la nouvelle région Occitanie, mercredi 9 novembre. La 1re édition de La Tribune Wine's Forum, organisée par La Tribune Toulouse et Objectif Languedoc-Roussillon, a réuni vignerons et experts au cours d'échanges sur l'avenir de la filière régionale. Tourné vers les professionnels du vin, cet événement a permis de dresser les atouts et les points d'améliorations d'un secteur qui compte parmi les forces économiques de la région Occitanie.

Première région viticole en termes de production, "la région représente plus de 30 % de la production nationale" a rappelé en préambule Jean-Claude Gallo, directeur de la publication d'Objectif Languedoc-Roussillon. Le chiffre d'affaires de la filière s'élève à 1,84 milliard d'euros, dont la moitié à l'export. Des résultats qui ne doivent pas faire oublier les défis auxquels doit faire face le secteur afin de répondre aux nouveaux modes de consommation ainsi qu'aux exigences environnementales.

Innovation et export, les clés de l'avenir du secteur

C'est pour cette raison que les débats ont porté sur deux thèmes précis : l'innovation et l'international. Deux éléments clés de la réussite future de la filière vitivinicole régionale. Lors de la première table ronde "Quels cépages pour demain ?", les échanges concernaient les différentes réponses à apporter pour créer des cépages résistants aux maladies ou adaptés à l'évolution du climat dans la région. Entre croisement de cépages et réintroduction de cépages oubliés, plusieurs pistes existent afin de limiter les intrants. Au-delà de cette problématique, les professionnels ont par ailleurs rappelé que les nouveaux cépages créés ou réintroduits doivent également répondre au goût des consommateurs qui ont considérablement évolué, notamment à l'étranger.

L'international, c'était d'ailleurs le deuxième grand thème de cette matinée de réflexion : "Entre opportunités chinois et menaces britanniques ?". L'occasion pour les experts du secteur de rappeler que le marché" intra-européen est en baisse et que les opportunités se trouvent désormais en Asie et en Amérique. Concurrencés par les vins du Nouveau Monde, les vins régionaux doivent aujourd'hui s'adapter aux spécificités des différents marchés. Bonne nouvelle cependant, le Languedoc est la région européenne dont les ventes de devraient le plus progresser à l'international, d'après une étude du groupe Sopexa.

Valoriser la filière régionale

La matinée s'est poursuivie par un échange entre Alain Marty, directeur du Wine & Business Club, et Hervé Hannin, directeur de l'Institut des hautes études de la vigne. Pour ce dernier, la filière a plusieurs défis à relever : "valorisation, attentes sociétales et changement climatique". Il rappelle que "innovation et international sont aujourd'hui liés" et qu'il ne faut pas avoir peur de coopérer avec des acteurs étrangers et "ne pas céder au caractère anxiogène de la complexité des marchés".

Cette première édition de LTWF a également permis de mettre en valeur les hommes et les femmes qui font le succès de la filière vitivinicole dans la région. Un palmarès qui a récompensé 5 entreprises ou personnalités. En conclusion de la matinée, la présidente de Région Carole Delga a pris la parole pour rappeler l'importance économique de l'agroalimentaire et de la filière vin en particulier. L'agroalimentaire représente ainsi "165 000 emplois et 21 milliards d'euros de chiffre d'affaires".

Elle a par ailleurs réaffirmé son soutien à la filière vin. "Nous voulons soutenir la filière qui fait face à plusieurs enjeux : foncier, renouvellement de génération, innovation, environnement", a-t-elle déclaré avant de souligner que le secteur est "en pleine dynamique d'adaptation". Elle a conclu sont intervention en mettant en valeur les deux fleurons de l'économie régionale, l'aéronautique et le vin.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :