Première édition de La Tribune Wine's Forum : qui sont les 5 lauréats ?

 |   |  1071  mots
Les gagnants de la première édition de La Tribune Wine's Forum.
Les gagnants de la première édition de La Tribune Wine's Forum. (Crédits : Edouard Hannoteaux)
La première édition de La Tribune Wine's Forum s'est déroulée ce mercredi 9 novembre au Palais des congrès de Perpignan. 5 entreprises et personnalités de la filière viti-vinicole de la région Occitanie Pyrénées-Méditerranée ont été récompensées à l'occasion de cet événement co-organisé par La Tribune Toulouse et Objectif Languedoc-Roussillon.

À l'occasion du premier Wine's Forum La Tribune qui s'est tenu ce mercredi 9 novembre au Palais des congrès de Perpignan, plusieurs chefs d'entreprises ont été distinguées pour leur stratégie et leur réussite. Palmarès.

Catégorie Innovation : Plaimont Producteurs

Faire du neuf avec de l'ancien, telle est la recette adoptée par Plaimont Producteurs pour apporter l'innovation dans son vin. La cuvée Moonseng, lancée il y a tout juste un an, est tirée d'un cépage ancien, le manseng noir, qui était tombé dans l'oubli. Il fait partie de l'immense cohorte de cépages qui ont été abandonnés au fil du temps (aujourd'hui près de 80 % de la production mondiale de vins est issue de sept cépages, parmi les 7000 variétés connues...). Ses atouts : une récolte tardive et un degré d'alcool (11,5°) inférieur à celui des cépages habituellement utilisés pour le vin rouge en Gascogne. Deux qualités fort intéressantes alors que le réchauffement climatique va accélérer la maturation du raisin et augmenter le titrage d'alcool issu des cépages habituels.

Ce cépage avait totalement disparu des vignobles. Il a été redécouvert par hasard en 2001 par un technicien de Plaimont, Jean-Paul Houbard (aujourd'hui à la retraite) puis planté au conservatoire des cépages anciens de Plaimont et multiplié ; une première micro-vinification (phase de test) a été faite en 2008. La plantation des premiers vignobles de manseng noir a eu lieu en 2012 pour une récolte en 2014.
Fidèle à sa volonté de produire des vins typiques des piémonts pyrénéens avec des cépages autochtones, Plaimont s'est penché assez tôt sur la problématique des cépages anciens, dits pré-phylloxériques.

Celle-ci est particulièrement d'actualité alors que le réchauffement climatique risque d'influer à la fois sur les caractéristiques du vin (augmentation du degré d'alcool), ainsi que sa qualité et les quantités produites (stress hydrique lié aux périodes de sécheresse... comme en cette fin de saison 2016).

Catégorie Jeune vigneron : Lucas Merlo, domaine Laubarel

Lucas Merlo est un jeune viticulteur de Gaillac. Depuis 7 ans, il produit des vins de qualité en travaillant en culture raisonnée (travail essentiellement manuel). Installé à 30 ans, grâce à une aide familiale, il vit depuis plus de 5 ans pleinement de son activité. "Avant tout, j'essaye de me faire plaisir et de faire plaisir à mes clients", indique Lucas qui est attaché à une démarche "honnête et sincère" de l'élevage de la vigne. Sa sincérité est payante, ses vins, notamment les monocépages typiquement gaillacois sont des succès qui ont attiré l'attention du forum La Passion du vin ou des guides Hachette qui ont référence en 2014 3 des 8 vins produits au domaine Laubarel.

Catégorie International : Sébastien Payen et Thomas Scholasch

Sébastien Payen et Thomas Scholasch se sont rencontrés en 2001 sur le campus de Berkeley en Californie. L'association entre le polytechnicien et le vigneron-ingénieur agronome s'est faite assez naturellement autour de l'envie d'offrir aux viticulteurs une solution web qui permet de compiler et d'analyser l'ensemble des données recueillies sur les parcelles (via des capteurs de sève notamment). Leur travail s'est tout d'abord centré sur l'irrigation.

Aujourd'hui, la centaine de client (70 % aux États-Unis) ont limité de 50 % les apports en eau. Un système de pilotage qui s'adapte aussi à l'analyse des intrants. Ses clients sont avant tout des petits domaine haut de gamme (En France, essentiellement à Bordeaux et en Provence). Sa reconnaissance par La Tribune Wine's Forum, lui donne de belles perspectives en Occitanie. L'entreprise accumule des données de ses clients depuis 2008, elle possède ainsi une des plus importantes et diverses bases de données sur la viticulture à l'échelle mondiale.

Catégorie Manager de l'année : Joël Julien, Costières de Pomerol

Un manager, c'est d'abord "nous", "c'est une aventure collective" souligne Joël Julien très attaché au travail collectif. Un manager porte une vision stratégique, il apporte la cohérence et la cohésion de l'équipe. Ce prix récompense une stratégie engagée il y a 20 ans, bien avant que Joël Julien rejoigne la cave coopérative des Costières de Pomerol. La coopérative a totalement rénové ses outils techniques (les lignes d'embouteillage et de mise en BIB sont entièrement automatisées). Depuis son arrivée en 2009, il a travaillé à rapprocher les trois coopératives autour d'une "structure moderne et performante".

En une décennie, le binôme Cyr Gaudy (président) et Joël Julien a initié un tournant stratégique en développant le vin en conditionné et en créant de la différenciation sur les marchés en mettant en avant la production de l'AOP Picpoul de Pinet et l'IGP Côtes de Thau.

Le travail de Joël Julien s'est concentré sur la poursuite et un renforcement de la politique qualité, des investissements, la recherche de nouveaux produits et de nouveaux partenaires. L'augmentation de la VA a permis de financer les investissements tout en augmentant la rémunération des viticulteurs, celle-ci a augmenté de 45 % en dix ans.

Prix spécial du jury : Jean-Claude Pedrol, cave coopérative de Baixas

Après 35 ans à la direction de la cave coopérative de Baixas, Jean-Claude Pedrol peut s'enorgueillir d'un riche  bilan. Comme ses collègues, il a tout d'abord entrepris la modernisation de l'outil technique en se dotant d'un équipement de pointe. Depuis 2007, il a mis la coopérative et ses coopérateurs sur les rails du développement durable. Non seulement par une démarche saine dans les vignobles (100 % d'amendements organiques, soit 0 % de produits chimiques), mais aussi une démarche de responsabilité sociale. Celle-ci se manifeste par un engagement réciproque entre la coopérative et ses coopérateurs. Ceux-ci s'engagent via un cahier des charges. En contrepartie, ils s'impliquent dans la vie de la coopérative et bénéficient d'informations ou des journées techniques pour améliorer leur production. La cave qui, outre ses certifications ISO, bénéficie de labels de qualité "Vignerons en développement durable" et Agriconfiance. Le bénéfice n'est pas que qualitatif : la productivité a augmenté de 35 à 40 hl/ha ces 5 dernières années. C'est pour toutes ces raisons que le jury a décidé de délivrer un prix spécial à Jean-Claude Pedrol et à la cave coopérative.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :