Book Éco 2016 : tout savoir sur l’ecosystème des entreprises de Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées

 |   |  1118  mots
(Crédits : Rémi Benoit)
La matinée de lancement du Book Éco 2016 a réuni près de 200 personnes au musée des Abattoirs à Toulouse ce vendredi 29 janvier. Plusieurs chefs d’entreprises de la région ont partagé leurs expériences en matière d’innovation et d’export et ont livré leurs stratégies d’investissement et de développement. Le tout en présence de Nadia Pellefigue, vice-présidente de la Région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées et de Guillaume Angué, directeur et responsable de la recherche globale au CIC.

Guillaume Angué

© Rémi Benoit

Guillaume Angué, expert économique au CIC, a ouvert la matinée par une analyse du contexte économique mondial. Il a notamment évoqué le basculement des zones de croissance des pays émergents vers la zone euro comme l'un des changements majeurs amorcé en 2015. "L'Europe a une carte à jouer et ce changement de marché profite aux entreprises, mais il provoque aussi des déséquilibres, en particulier en Chine", a détaillé le spécialiste. Le pays a en effet amorcé une véritable mutation de son modèle économique et connaît un ralentissement concentré sur le secteur manufacturier. Un aspect à intégrer pour les entreprises désireuses de se lancer à l'export.

Guillaume Angué

Autre moteur de l'économie, l'investissement. Sur ce sujet, nous sommes "au début d'une spirale vertueuse" selon Guillaume Angué. Avec la reprise de la croissance en Europe et la baisse du prix du pétrole, l'étincelle est là, selon l'expert du CIC. 2016 sera donc une année propice à l'investissement pour les entreprises, le bon moment pour améliorer leur outils de production et ensuite recruter.

En France, cependant, par rapport aux "locomotives" allemande et espagnole, Guillaume Angué décrit une croissance un peu poussive (1,1 % en 2015) qui pénalise encore la dynamique de reprise. L'espoir réside dans la parité euro-dollar qui pourrait être atteinte fin 2016 et favoriser cette fameuse accélération en zone euro.

Nadia Pellefigue

  © Rémi Benoit

Nadia Pellefigue, vice-présidente de la Région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées en charge du Développement économique, de la recherche, de l'innovation et de l'enseignement supérieur, a réagi à cette analyse et évoqué les perspectives économiques de la grande région. "Quand les perspectives européennes sont favorables, les répercussions attendues pour la région le sont aussi, car nos filières industrielles sont sensibles au contexte international." Pour autant, la flambée du chômage n'a pas épargné la région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées ces derniers mois. Sur le sujet, la vice-présidente de la Région a promis un soutien sans faille aux secteurs phare, mais aussi à la filière numérique, "en capacité de révolutionner les process de toutes les autres filières". Elle a ainsi encouragé les "fertilisations croisées", appuis et collaborations entre les différents secteurs d'activité et promis enfin un meilleur accès à l'innovation aux filières en plus grande difficulté comme le bois et le textile.

Agnès Jullian

© Rémi Benoit

Agnès Jullian, la PDG de Technilum, entreprise de fabrication d'éclairages intelligents en aluminium installée à Béziers, est peu connue des Toulousains. Pourtant, ses lampadaires éclairent déjà les rues de Montréal, la place New Memorial à New York, le Waterfront à Belgrade, ou encore la place Taksim à Istanbul. Cette PME qui emploie 45 personnes et enregistre un chiffre d'affaires de 7 millions d'euros, évolue sur un marché où la concurrence est mondiale et essentiellement portée par de grands groupes. Pour elle, l'export est donc une question de survie. Depuis Béziers, Technilum s'est déployée au Canada dès 2008. "Le Canada est pourtant le premier producteur d'aluminium au monde, mais il leur manquait le savoir-faire. Se lancer sur ce marché, c'était un peu comme vendre du pétrole en Arabie Saoudite, mais nous l'avons fait !" Et le pari a fonctionné. Aujourd'hui, Technilum réalise 15 % de sa production à l'international et vise 30 % dans les toutes prochaines années. Ses objectifs sont le Moyen-Orient et Dubaï en particulier. "Pour gagner ces marchés, on a aujourd'hui le culot d'investir 7,5 millions d'euros dans l'extension de notre outil de production. Ceci nous permettra de porter notre future croissance et de nous positionner sur des gros marchés."

François Prigent

© Rémi Benoit

François Prigent dirige Sovinty, une startup qui développe une application innovante permettant d'améliorer la qualité du suivi des soins des patients hospitalisés. La bonne idée de cet ancien pilote de ligne ? Adapter le principe de la fameuse check list du commandant de bord au secteur de la santé. Une technologie de rupture repérée dès juillet 2014 aux États-Unis et couronnée par le prix de l'académie des sciences de New York. "C'est très français. Quand on gagne aux États-Unis, on peut revenir en France... Ici, il nous a pourtant fallu plusieurs années de négociations avec des CHU avant que notre solution soit adoptée", a raconté le chef d'entreprise. L'application est utilisée à ce jour par 5 000 patients par mois et déployée dans plusieurs pays. François Prigent vient aussi de déposer le concept de "Brain Valley", "parce qu'il n'y a pas que Palo Alto et la Silicon Valley. Ici aussi, nous attirons des cerveaux. D'ailleurs, Sovinty arrive à débaucher plusieurs cadres de haut niveau chez Apple, pour venir s'installer à Toulouse."

Bertrand Girard

© Rémi Benoit

Bertrand Girard, président du directoire de Vinadeis, dirige depuis cinq ans cette entreprise incontournable dans le secteur viticole dans l'ancienne région Languedoc-Roussillon. Ce groupe coopératif produit 900 000 hectolitres de vin et en commercialise 2,5 millions dont 25 % à l'export. "Quand je suis arrivé, l'entreprise enregistrait un chiffre d'affaires de 130 millions d'euros et 4 millions d'euros de dettes. Aujourd'hui, grâce à la mise en œuvre d'une véritable stratégie, nous avons inversé la tendance avec un chiffre d'affaires de 300 millions d'euros et un résultat net satisfaisant." Objectif pour l'entreprise ? Être la tête de pont de la coopération viticole à l'étranger. Aujourd'hui, Bertrand Girard se félicite d'avoir créé de la richesse. "Mais cela ne se décrète pas, cela se construit !" Parmi les grandes réalisations, la création d'Innoveo, une filiale dédiée à l'innovation, un élargissement des gammes, le lancement de nouveaux packaging et le développement d'une marque de distribution avec 12 millions d'investissements réalisés. "D'ailleurs, nous sommes en recherche permanente de croissance et venons de lever hier 800 millions d'euros pour poursuivre notre développement. Dans notre entreprise, nous avons pris le parti d'ignorer la crise."

Lancement Book Eco

© Rémi Benoit

Le Book Éco 2016, premier guide des entreprises de Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées prend une ampleur nouvelle cette année. Il livre une photographie détaillée du territoire régional élargi depuis la fusion de Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées le 1er janvier dernier. Il passe au crible l'économie régionale avec ses atouts mais aussi ses faiblesses. Notamment un taux de chômage en forte progression ces dernières années et, derrière les succès de l'aéronautique, un déficit d'emplois industriels. Autres valeurs ajoutées de cette édition enrichie : le who's who de la nouvelle région et le classement des 3 000 entreprises leaders des 13 départements et celui des plus performantes à l'international.

Retrouvez le Book-Eco 2016, en kiosques au prix de 19,50 €.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :