Le pôle de compétitivité Aerospace Valley en pleine mutation

 |   |  613  mots
Vue d'architecte de l'Atrium du B 612, le futur bâtiment où doit déménager Aerospace Valley au printemps prochain.
Vue d'architecte de l'Atrium du B 612, le futur bâtiment où doit déménager Aerospace Valley au printemps prochain. (Crédits : DR)
Nouvelle présidence, nouveaux locaux, création d'antennes supplémentaires... le pôle de compétitivité Aerospace Valley s'apprête à connaître d'importantes mutations dans les mois à venir. Revue de détail avec le directeur général du pôle, Patrick Désiré.

Aerospace Valley aura une nouvelle présidence dès ce mardi 26 septembre. Le pôle de compétitivité se réunit en assemblée générale à Labège pour renouveler son conseil d'administration et trouver qui succédera à Agnès Paillard, présidente de la structure depuis 2011.

"Nous voulons qu'Aerospace Valley soit un outil plus opérationnel"

Outre ce changement de gouvernance, le pôle s'apprête à vivre d'importants changements dans les mois à venir. Au printemps prochain, la structure doit en effet déménager dans un espace de plus de 800 m2 au coeur du B-612. Ce futur bâtiment amiral du quartier Toulouse Aerospace rassemblera sous un même toit l'entreprise ESSP, Aerospace Valley, l'IRT et des entreprises innovantes dans les secteurs de l'espace et des systèmes embarqués. Pour le directeur général du pôle, Patrick Désiré, ce changement de locaux va entraîner d'importantes transformations de l'activité d'Aerospace Valley :

"Nous voulons qu'Aerospace Valley soit un outil plus opérationnel. Ce lieu ne sera pas un simple bureau mais une maison d'accueil pour les adhérents. Des conférences et des événements du pôle y seront organisés, ce que nous ne pouvons pas faire dans nos locaux actuels sur le campus de l'Université Paul Sabatier. Nous allons aussi mettre en place une showroom dans laquelle les adhérents pourront présenter leurs projets. Finalement, nous espérons booster notre visibilité grâce au rayonnement du Toulouse Aerospace Campus".

Lire aussi : Première visite au cœur du B-612, navire amiral de Toulouse Aerospace

Nouveau bureau à Montpellier et des clubs locaux dans le Limousin

Autre mutation, Aerospace Valley accélère sa stratégie de déploiement sur les territoires d'Occitanie et Nouvelle Aquitaine avec l'ouverture de nouveaux bureaux.

"En plus de Bordeaux et Toulouse, Aerospace Valley possède depuis le mois de juin une antenne à Pau. Le 1er octobre, un bureau va voir le jour à Montpellier, détaille Patrick Désiré. Par ailleurs, des clubs locaux vont être mis en place dans les différents bassins d'emploi pour y multiplier les événements, animations et initiatives locales. Un partenariat a été passé avec le cluster Mecanic Vallée (Aveyron), et le Pôle européen de la céramique de Limoges pour ainsi couvrir tout l'ex-Limousin. Nous travaillons aussi à inclure le bassin de Biarritz et Anglet".

Par ailleurs, huit sièges supplémentaires ont été ajoutés aux 39 de la gouvernance pour permettre à ces nouveaux acteurs d'ex-Languedoc-Roussillon, Poitou-Charentes et Limousin de participer au fonctionnement d'Aerospace Valley.

Côté stratégie, en revanche, peu de changements majeurs devraient intervenir l'an prochain.

"Fin 2018, notre contrat de performance arrivera à son terme et je ne pense pas que d'ici là notre stratégie globale subira de grandes modifications. Nos défis prioritaires sont l'avion de demain (aéronef électrique et hybride) ainsi que le développement d'applications spatiales comme le GPS ou encore les satellites météo. Côté systèmes embarqués, nous allons vers le transport autonome et connecté, et enfin une grande part des projets labellisés porte sur l'industrie  aéronautique et spatiale du futur", précise le directeur général du pôle.

Entre avril 2016 et mars 2017, 50 projets de R&D ont été financés suite à une labellisation par l'Aerospace Valley. Cela représente près de 180 millions d'euros d'investissement, dont 40% proviennent des subventions régionales, nationales et européennes. Le reste provient d'apports privés via les cotisations des 864 adhérents que compte le pôle en Occitanie et en Nouvelle-Aquitaine.

Lire aussi : Face à la baisse des dotations de l'État, Aerospace Valley se tourne vers le privé

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :