Trade School Toulouse mise sur le troc de connaissances en entreprise

 |   |  589  mots
Mundhi-ling Gunawan et Amel Miaoulis, fondatrices de Trade School Toulouse.
Mundhi-ling Gunawan et Amel Miaoulis, fondatrices de Trade School Toulouse. (Crédits : Trade School Toulouse)
Après avoir mené plus de 80 ateliers d'échanges de connaissances entre particuliers, Trade School Toulouse va lancer en septembre un site dédié aux entreprises qui souhaiteraient mener ce type d'ateliers pour renforcer la cohésion entre salariés.

Le principe du troc de connaissances n'est pas nouveau. Les premiers réseaux d'échange de compétences sont apparus dans les années 70 au travers des RERS (Réseau d'échanges réciproques de savoirs) ou des SEL (Système d'échange local). Mais une nouvelle vague d'initiatives est née avec l'arrivée des outils numériques à l'image de Skilltroc ou Mytroc.

"Un réseau social physique"

Dans la Ville rose, Mundhi-ling Gunawan et Amel Miaoulis ont lancé il y a deux ans Trade School Toulouse. "Le réseau Trade School existe depuis 2010 aux États-Unis et s'est développé depuis dans 50 villes à travers le monde", explique Mundhi-ling Gunawan. Après plusieurs années passées comme chargée de projet en développement durable, cette trentenaire cherchait une nouvelle activité "avec du sens et être davantage en contact avec les autres". Le concept est simple : un bénévole vient partager sa passion ou une compétence et en échange les participants lui donnent un bien ou rendent un service.

"Par exemple, une personne est venue donner quelques conseils pour prendre des photos avec un reflex et en échange elle cherchait un volontaire pour participer à un shooting et un coup de pouce pour maîtriser le référencement web", décrit la cofondatrice de Trade School Toulouse. Il y a eu aussi une initiation au yoga ou à la lithothérapie (médecine douce se servant de l'énergie des pierres précieuses, NDLR).

À l'heure de la prolifération sur le marché de la connaissance de tutoriels sur Youtube et des MOOCs, Trade School Toulouse se positionne comme "un réseau social physique" : "Au-delà des compétences, les participants viennent pour nouer des relations avec les autres. Beaucoup se sentent isolés même s'ils ont une vie de famille et des amis".

Des ateliers entre collègues pour renforcer la cohésion en entreprise

À ce jour, Trade School Toulouse a déjà organisé 80 ateliers d'échange de connaissances entre particuliers et compte un réseau de 1 000 personnes actives. Hébergée pendant six mois au sein de l'accélérateur Momentum, l'association s'apprête désormais à décliner le concept de troc de connaissances dans les entreprises.

"Nous ne voulons pas nous substituer aux organismes de formation. Les ateliers seront animés par des salariés volontaires pour d'autres salariés de l'entreprise. Ils pourront partager des compétences professionnelles ou personnelles. Ce type d'ateliers peut créer de la cohésion sociale au sein d'une équipe et faciliter le partage de compétences en interne.

Par exemple si dans le cadre de son activité, un salarié doit prendre des photos sur le terrain, un collègue qui maîtrise cette compétence peut lui donner des explications. De la même manière, un collaborateur peut partager sa connaissance d'un logiciel auprès de plusieurs salariés suivant l'usage de l'entreprise plutôt que de faire suivre une formation standard au logiciel", détaille Mundhi-ling Gunawan.

Un site dédié à l'activité des entreprises sera lancé en septembre ainsi qu'une SAS (société par actions simplifiées). Trade School Toulouse compte facturer aux entreprises l'accompagnement pour la mise en place des ateliers.

Par ailleurs, grâce aux 5 000 euros récoltés via une campagne de crowdfunding fin juin, Trade School Toulouse a prévu de lancer une plateforme qui facilitera l'inscription des particuliers aux ateliers et permettra par le biais d'un algorithme de faire remonter les compétences les plus demandées par le réseau.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/08/2017 à 20:35 :
j'avais un collegue prof de stats a la fac en france ( je ne donne ni son nom, ni sa nationalite, il se reconnaitra), tres nuisible, et qui ne comprenait pas grand chose, comme tout nepotiste qui se respecte
il ne venait pas en cours, envoyait ses powerpoints et autre fichier .doc sur la diagonalisation de matrice, le calcul de trace, coefficcient de tchuprov, etc...., suggerait aux eleves de lui envoyer leurs questions...
depuis qu'il est a la retraite et travaille encore moins ( 196 heures td par an, soit 120 heures de cours, ca use), il fait des echanges aussi.......... je suis tombe de ma chaise quand j'ai vu son abnegation et sa generosite!! ( inutile de dire pour qui il votait, c'est tres clair)
hypocrites de tous les pays, commencez par faire votre travail quand c'est l'heure.......
pour le reste, ceux qui veulent partager sincerement, ca existe aussi, mais ca devient rare
a écrit le 02/08/2017 à 11:20 :
Tous les prétextes sont bons pour échanger nos expériences, c'est ce qui a construit l'humanité au fil des millénaires et si cela s'arrête celle ci s'arrêtera également.
Réponse de le 02/08/2017 à 13:15 :
Il y a eu aussi une initiation au yoga ou à la lithothérapie (médecine douce se servant de l'énergie des pierres précieuses, NDLR

La on trouve un certain potentiel pour les entreprises en manque d'inspirations.

La question est de savoir si l'énergie des pierres " précieuses " augmente le CA ou la marge ou peut être le bonheur des salariés ...?

Si ça répond à une des trois problématiques , je comprend mieux l'attrait pour ce genre de chose !
Réponse de le 02/08/2017 à 17:12 :
Je ne comprends absolument rien à votre commentaire, pouvez vous me dire où vous voulez en venir si vous le savez ? Merci.
Réponse de le 02/08/2017 à 18:09 :
@citoyen blasé: les connaissances acquises se négocient contre argent comptant et trébuchant. Mias bien entendu, quand on en a pas, on s'imagine que c'est gratuit puisque ce sont les autres qui ont payé (de leur sueur et de leurs deniers) pour les acquérir. La cigale ayant chanté tout l'été.... t'étais près du radiateur en classe, ne sois par conséquent pas jaloux :-)
Réponse de le 02/08/2017 à 18:53 :
Mon post est très confus et je m'en excuse .

Il y a eu aussi une initiation au yoga ou à la litho thérapie (médecine douce se servant de l'énergie des pierres précieuses, NDLR
----> phrase prise de l'article

La on trouve un certain potentiel pour les entreprises en manque d'inspirations.
-----> si le yoga à un intérêt ( certains CE donnent des courts de yoga aux salariés ) . La litho thérapie me laisse pantois pour une utilisation dans une entreprise!

La question est de savoir si l'énergie des pierres " précieuses " augmente le CA ou la marge ou peut être le bonheur des salariés ...?
-------> je me questionne sur la pratique et l'intérêt de la litho thérapie dans l'entreprise ( pour vous la litho thérapie , vous en pensez quoi?).
" pour moi ce terme discrédite l'article "

Si ça répond à une des trois problématiques , je comprend mieux l'attrait pour ce genre de chose !
------> pour moi la litho thérapie est une croyance mais je peut admettre quand fin de compte si elle a un intérêt sur l'entreprise , je comprend mieux les personnes qui peuvent la pratiquer ...
( Si ça les rend heureux )

Mon post se voulait humoristique , c'est un peu raté !

L'intérêt du troc de particulier à particulier est certain - on parle de transaction sans monétisation .
L'intérêt du troc dans une entreprise est plus dur à admettre ; l'entreprise est une personne morale dont le seul langage est le financier ...Même si on parle bonheur du salarié cela pour elle a un coût !...
Comment une personne morale peut elle pratiquer le troc ?
À lire l'article ça semble simple ; le salarié de l'entreprise X donne un service à l'entreprise Y et le salarié de l'´entreprise Y rend le service à l'entreprise X...
Aujourd'hui ce genre de transaction se réalise en numéraire au coût horaire du salarié ...
Avec le troc , ce sont des services à comptabiliser non pas sur le budget formation mais sur le coût horaire de ces salariés ... Pas si simple!

Réponse de le 03/08/2017 à 9:34 :
patric: vous êtes totalement contradictoire, vous me trollez sans arrêt quand je dis que nos investisseurs ne sont motivés que par le fric, pour me dire que c'est normal et là vous leur reprochez de faire ça par intérêt ? Je met un point d'interrogation étant donné que savoir ce que vous pensez à un moment donné est très difficile.

Faites vous soigner et revenez svp, merci.

"Tout est bon dans le ..."

NE vous en faites pas le but de mon commentaire n'était pas de souligner le principe du troc, qui semble vous choquer, mais celui de l'échange entre humains.

L'échange entre humains ? La relation sociale vous ne voyez pas ce dont je veux parler ?

Je vous parle humanité vous me parlez argent, avouez que quand même hein...
Réponse de le 04/08/2017 à 6:53 :
Vous m'en voyez désolé ...
L'échange entre humains ne me choque absolument pas ... Et comme vous le dites : notre patrimoine est l'humanité !

Pourquoi je vous parle alors d'argent ?
Les entreprises n'ont pas ce patrimoine et " les personnes morales " pratiquent les échanges en valeur numéraire ...
Leur langage est donc que financier.

Pour donner une image : l'entreprise ne fabrique que des chiffres et l'article aimerait qu'elle fournisse des lettres...
Elle ne le peut pas .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :