Aéronautique : 30 PME veulent améliorer leurs relations avec les grands groupes

 |   |  637  mots
Christophe Maistre, président de Pacte PME, chez Airbus le 13 décembre
Christophe Maistre, président de Pacte PME, chez Airbus le 13 décembre (Crédits : Rémi Benoit)
Les relations entre Airbus et ses fournisseurs ne sont pas toujours simples, notamment en période de montée en cadence. Afin de renforcer les liens entre PME et grands groupes de l'aéronautique, l'association Pacte PME a donc sélectionné 30 sociétés françaises qui suivent un accompagnement spécifique pendant un an.

"Airbus ne pourra pas produire 60 avions par mois avec les mêmes fournisseurs et les méthodes que pour 40 avions par mois. La montée en cadence nécessite de passer un seuil d'efficacité et nous avons besoin du support de notre supply chain". Olivier Cauquil, directeur des achats d'Airbus, s'est exprimé devant une trentaine de ses sous-traitants mardi 13 décembre à Toulouse, pour faire passer un message précis : les PME ne doivent plus être que de simples fournisseurs, ils doivent devenir des partenaires du donneur d'ordres pour plus de productivité, d'innovation et de conquête de marchés.

C'est donc pour améliorer et renforcer les relations entre l'avionneur et sa supply chain qu'Airbus a accepté de participer (avec Safran et Thales) à une initiative inédite menée par l'association Pacte PME : 'la promotion Ader'.

olivier cauquil

Olivier Cauquil © Rémi Benoit

30 entreprises PME de l'aéronautique impliquées

Similaire et complémentaire aux initiatives menées par le Gifas, Aerospace Valley ou Space pour structurer et fluidifier la supply chain aéronautique, l'initiative menée par Pacte PME prend la forme d'un accompagnement d'un an (formation, audit, visite d'entreprises, ateliers thématiques sur l'innovation, l'ALM ou les financement par exemple). 30 PME en bénéficient jusqu'à février 2017 et 60% d'entre elles sont issues de la région parisienne.

"Ça fait 20 ans que je me bats pour faire rentrer dans le secteur aéronautique des procédés que j'ai développés dans d'autres secteurs. Quand on est à l'extérieur de la grande famille aéro, c'est difficile d'être reçu et écouté", témoigne Michel Bossi, dirigent de Fin'tech industries, entreprise albigeoise traitement de surfaces, qui fait partie de la promotion Ader.

Au bout de 10 mois d'accompagnement, son problème n'est pas résolu mais il assure que "l'initiative nous a permis de nous connaître entre PME, en petit comité, de partager les bonnes pratiques et de s'inspirer de ce que font nos confrères. Souvent les chefs d'entreprises ont la tête dans le guidon et cette initiative nous a permis d'élargir notre horizon".

"Ader est une démarche expérimentale fondée sur la conviction que la coopération et le travail collaboratif créent la chaine de valeur. Dans un monde aéronautique ultra concurrentiel, il est important que les PME se structurent pour devenir des ETI. Elles doivent monter en compétence, se digitaliser et s'internationaliser", indique le président de Pacte PME Christophe Maistre (PDG de Siemens).

Lire aussi : Supply chain aéronautique : les relations s'améliorent et Supply chain aéronautique : à quand des livraisons 100 % à l'heure ?

Faire disparaitre les mauvaises pratiques

Autre objectif de Pacte PME : faire disparaitre les mauvaises pratiques qui existent encore entre donneurs d'ordres et sous-traitants (retards dans les paiements ou méthodes commerciales agressives par exemple). Pour François Perret, directeur général de Pacte PME, "on sait que des mauvaises pratiques existent, mais le but n'est pas de dire qui les pratique et de le pendre en place publique. Les pratiques condamnables sont condamnées et c'est normal. Mais Pacte PME a vocation a promouvoir les bonne pratiques pour qu'elles servent d'exemple, et d'ailleurs on voit que le regard change sur les PME : chez les grands groupes adhérent à Pacte PME (qui ne sont pas uniquement dans l'aéronautique, NDLR), la part des achats passés auprès de PME a augmenté de huit points par rapport à 2012, pour atteindre 24 % en 2015."

Plus globalement, les résultats de l'observatoire de Pacte PME pointent en 2016 une amélioration des relations entre PME et donneurs d'ordres, notamment en ce qui concerne les délais de paiement et la simplicité du processus de référencent mis en place par les grands groupes.

Lire aussi : Les relations entre les grands groupes et les PME s'améliorent-elles enfin ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :