Les business angels d'Occitanie s'associent pour financer les startups

 |   |  357  mots
Gilles Roche, président de Mélies Business Angels et Alains Delecroix, président de Capitole Angels.
Gilles Roche, président de Mélies Business Angels et Alains Delecroix, président de Capitole Angels. (Crédits : Occitanie Angels)
Capitole Angels et Melies Business Angels fondent Occitanie Angels. Le réseau d'investisseurs privés veut investir davantage et dans plus de startups d'ici 2018.

Capitole Angels et Melies Business Angels s'unissent pour donner naissance à Occitanie Angels. Cette association des business angels de Midi-Pyrénées et de Languedoc-Roussillon fait suite à une convention signée en janvier dernier pour échanger des dossiers entre les deux réseaux.

"Le but est de fournir au nouvel écosystème régional (business angels, startups, collectivités) une approche cohérente et homogène qui s'inscrit dans les orientations stratégiques de France Angels", explique Alain Delecroix, président de Capitole Angels.

Sans fusionner, les deux réseaux vont associer leurs forces "tout en gardant les spécificités et le travail de proximité de chaque réseau", rappelle Gilles Roche, président de Melies Business Angels.

Cette année, des entreprises comme Yellow Scan, une entreprise du réseau languedocien, a bénéficié d'investissements de Capitole Angels. Actuellement, une autre entreprise montpelliéraine, Sensing Labs, réalise un tour de table de 400 000 euros sur l'ensemble de la région.

Forts de 180 investisseurs répartis à parité entre Toulouse et Montpellier, les deux associations ont investi 1,86 million d'euros en 2015 sur des sociétés en phase d'amorçage. Si les capitaux investis sont compris entre 100 000 euros et un million d'euros par société, les investissements des business angels varient de 5 000 euros à 40 000 euros.

"80 % sont des chefs d'entreprises. Les autres sont des cadres qui vivent l'entrepreneuriat par procuration, quelques entrepreneurs en pause et des retraités, précise Patrice Cazalas, du réseau Capitole Angels. Pendant longtemps, il s'agissait d'investisseurs importants, mais cela s'ouvre maintenant à des salariés qui investissent moins tout en ayant de fortes compétences dans leurs secteurs."

En dix ans, 62 entreprises ont été financées, pour près de 400 emplois créés. D'ici 2018, Occitanie Angels veut investir des sommes plus importantes dans 12 à 15 projets de startups par an pour augmenter son impact économique et créer plus d'emplois dans la région. "Nous espérons également susciter la création d'autres réseaux à Tarbes ou Castres par exemple, ou faire entrer sous notre bannière de jeunes réseaux comme celui d'Alès, pour qu'ils bénéficient de notre expérience", conclut Patrice Cazalas.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/11/2016 à 19:50 :
bonjour,
existe -t-il des possibilités de petites sommes à investir dans un pot commun ou est-ce sur des choix de start-up ? Faut-il respecter une périodicité de versement ou peut-on intervenir de façon ponctuelle?
Cordialement. P

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :