Levée de fonds de 3 millions d'euros pour la startup Naïo Technologies

 |   |  442  mots
30 exemplaires du robot Oz ont été vendus
30 exemplaires du robot Oz ont été vendus (Crédits : DR)
Naïo Technologies annonce ce 14 décembre 2015 une nouvelle levée de fonds de 3 millions d'euros. La startup de 11 salariés, spécialisée dans la robotique pour l'agriculture, compte ainsi accélérer son développement. En 2016, elle devrait réaliser un chiffre d'affaires d'1 million d'euros et procéder à 7 recrutements.

Après un premier lancement commercial cette année, Naïo Technologies prévoit de mettre sur le marché une cinquantaine de robots en 2016. Cette startup, fondée à Toulouse en 2011 par deux ingénieurs en robotique (Gaëtan Séverac et Aymeric Barthes), vient pour cela de lever 3 millions d'euros. La société de 11 salariés conçoit et réalise des robots au service des agriculteurs avec un triple objectif : "réduire la pénibilité du travail, limiter l'impact environnemental et améliorer la rentabilité des exploitations". Elle se base sur une innovation : des robots qui ont la capacité de se déplacer de manière autonome dans les rangées cultivées grâce à une technologie de guidage laser et de vision caméras.

Troisième levée de fonds 


Cette levée de fonds, la troisième depuis la création de l'entreprise, a été réalisée auprès des fonds d'investissements Emertec, CapAgro, ainsi que la société Syselec dans le Tarn. Elle a été complétée par une campagne de financement participatif sur la plateforme Wiseed. Naïo Technologies est également soutenue par BPI France, BNP Paribas et le Crédit Coopératif sous forme de prêts et avance remboursable.

"En 2013, nous avions levé 82 000 euros en "love money"(auprès des proches, NDLR) auprès de 40 actionnaires. Cela a été suivi d'une seconde levée en 2014 de 730 000 euros avec 2 plateformes (Wiseed et Smart Angels), qui nous a permis de financer les premières embauches et l'industrialisation des 30 premiers robots, récapitule Aymeric Barthès, cofondateur de Naïo Technologies.

Cette nouvelle levée de fonds va nous permettre de renforcer notre département commercial et de recruter des ingénieurs pour continuer l'effort d'industrialisation, le travail sur l'autonomie des robots et le développement au national et à l'international."

Sept recrutements sont en effet prévus pour 2016.

Nouveaux robots et international

Après Oz (30 robots en circulation pour cet engin de désherbage) et Anatis (engin de binage présenté cette année lors d'un salon spécialisée à Valence), la startup développe un nouvel outil, le robot Vigne, destiné au désherbage mécanique sur le rang de vigne. L'engin est en cours de prototypage en partenariat avec l'IFV (institut français de la vigne et du vin), le LAAS-CNRS et le groupement coopératif Vinovalie. Il devrait être commercialisé courant 2016.

Pour assurer son déploiement international, Naïo Technologies sera présent en 2016 à plusieurs salons internationaux comme le Global Forum for Innovation in Agriculture (les 16 et 17 février à Abu Dhabi ) et le Salon international de l'agriculture (du 27 février au 6 mars à Paris).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/12/2015 à 15:19 :
Bientôt la fin de l'amour est dans le pré.
a écrit le 15/12/2015 à 7:53 :
Conduire un tracteur moderne n'est en rien "pénible". En revanche, supprimer le conducteur fait baisser les coûts : pas de charges sociales, pas de vacances, pas de 35 heures... Et surtout les engins vont pouvoir tourner même la nuit, surveillés par ordinateur pendant que le chef d'entreprise regardera la télé ou dormira... De toute façon, à part les saisonniers dans les exploitations maraîchères et la vigne, il n'y a déjà pratiquement pas de salariés/employés dans l'agriculture. Donc c'est la productivité de l'exploitant lui-même qui va augmenter. S'il arrive à financer ses machines...
Réponse de le 15/12/2015 à 15:33 :
Bonjour,
Conduire un tracteur n'est pas pénible mais dans le temps cela use le dos et la santé sans parler du fait que l'agriculteur au milieu de ses champs respire les vapeurs de pesticides nocives.
De plus lorsque le robot récolte ou repique ou bien sème de manière autonome, l'agriculteur peut se concentrer sur d'autres taches autrement moins répétitives et à plus forte valeur ajoutée.
Grâce à la robotique l'agriculteur n'a plus qu'à reprendre les rares erreurs des robots ce qui représente bien moins de travail.

En dernier lieu l'agriculture biologique bien meilleure pour la santé car il n'y a plus d’ingestion de pesticides a un besoin énorme de main-d’œuvre ce qui implique un surcoût de production.
La robotique permet de baisser drastiquement ce coût sur 5-7 ans en moyenne tout en rendant d'autres services comme la surveillance des parcelles, l'analyse partielle des sols et de l'air et en dégageant du temps à l'agriculteur pour se former sur les nouvelles pratiques agronomiques écologiques et durables.

Bref grâce à la robotique, l'agriculteur pourra mieux surveiller son environnement notamment au niveau de la microbiologie des sols et au travers de capteurs sur les robots et dans les champs, dégager du temps pour se former, baisser ses charges en partie, avoir une activité H24 car les robots peuvent travailler H24 contrairement aux humains et surtout dégager des revenus au travers de salaires et cotisations en moins cela pour améliorer ses récoltes, ses pratiques et ses perspectives de débouchés.

En dernier lieu au travers des capteurs des robots il sera possible de mesurer l'empreinte carbone réelle de la machine pendant son utilisation mais également des GES émis par chaque parcelle afin d'adapter la pratique au travers de l'agroécologie ou de l’agroforesterie pour que les champs soit de stocks net de GES et non plus des émetteurs de GES. Cela permettra d'améliorer la pratique et d'éviter que les agriculteurs soient des payeurs de la taxe carbone à terme mais plutôt reçoivent des subventions pour leur champs qui se transformeront en puits de carbones.
a écrit le 14/12/2015 à 21:17 :
Une belle pépite des champs! Quelle trouvaille géniale pour réduire la penibilté, la compétitivité des exploitations maraîchères ou en pépinière mais aussi sur le gain d'arrosage et l'évitement des désherbages chimiques!!! Bravo Naïo !!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :