La CGT d'Airbus manifeste contre "la financiarisation du groupe"

 |   |  321  mots
À l'appel de la CGT, près d'une centaine de personnes a manifesté ce jeudi 30 mars devant le siège d'Airbus.
À l'appel de la CGT, près d'une centaine de personnes a manifesté ce jeudi 30 mars devant le siège d'Airbus. (Crédits : Florine Galéron)
Près d'une centaine de personnes a manifesté ce jeudi 30 mars devant le siège d'Airbus à Blagnac à l'appel de la CGT. Michel Molesin, coordinateur du syndicat au sein d'Airbus Group, s'inquiète "des plans d'économies alors que le groupe se porte bien", du "report à 2030 du lancement du remplaçant de l'A320" et regrette l'abandon du projet E-Fan, l'avion tout-électrique. Interview.

En quoi la réorganisation annoncée par la direction d'Airbus vous inquiète-t-elle ?

Airbus multiplie les plans d'économies alors que le groupe se porte bien. Il vient de présenter de très bons résultats pour 2016 avec 1 milliard d'euros de bénéfice net et 1 000 milliards d'euros de commandes. Le summum étant la fermeture du site de Suresnes (qui engendrerait 1 164 suppressions de postes, NDLR). On assiste à une financiarisation du groupe. Le budget R&D est ainsi passé de 7% du chiffre d'affaires dans les années 2000 à moins de 5% aujourd'hui. Dans le même temps, les dividendes versés aux actionnaires sont passés de 3 à 8 % de la masse salariale. Il existe un glissement de l'investissement vers la recherche de rentabilité.

La CGT (2e syndicat chez Airbus après Force Ouvrière) demande également plus d'investissements dans l'innovation....

L'autre inquiétude concerne en effet l'ingénierie. On ne peut pas reporter à 2030 le lancement du remplaçant de l'A320. Il existe un risque de perdre notre haut-niveau de savoir-faire dans les bureaux d'études. Le marché existe également pour un ATR turbopropulsé de 90 à 100 places (Airbus, coactionnaire d'ATR, a mis en 2013 son véto sur le projet d'un nouvel avion, NDLR).

La direction a annoncé l'abandon de l'E-Fan, le projet d'avion tout électrique au profit d'un projet d'avion hybride. Quel regard portez-vous sur cette décision ?

C'est une désillusion, c'était un rêve pas si fou car l'E-Fan était parvenu à faire ses preuves notamment en réussissant à traverser la Manche. Airbus avait acheté des terrains près de Pau pour développer de nouveaux démonstrateurs. L'E-Fan a créé l'espoir d'une conversion de l'aviation à l'électrique. Le groupe se tourne vers le clinquant mais ce n'est pas avec des drones-taxis volants que l'on va inventer l'aviation de demain. La production de l''A380 est amortie mais on ne vas pas pouvoir vivre indéfiniment sur le dos de cette vache à lait.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :