Nouvelle grève pour le personnel soignant du CHU de Rangueil

 |   |  402  mots
Le personnel soignant a déjà fait grève le 24 et le 31 décembre.
Le personnel soignant a déjà fait grève le 24 et le 31 décembre. (Crédits : CGT / SUD)
Depuis le 17 décembre, une partie du personnel soignant du CHU de Rangueil fait grève pour dénoncer la nouvelle organisation du service des urgences vitales. Les syndicats déplorent une dizaine de suppressions de postes d'aides-soignants remplacés par des infirmières. La direction dément toute réduction des effectifs et parle de son côté d'une simple application des recommandations nationales de santé.

Un nouveau rassemblement est prévu ce mercredi 13 janvier entre 12 h et 14 h devant les urgences du CHU de Rangueil, à l'appel des syndicats Sud et CGT. Depuis le 17 décembre dernier, le personnel soignant de l'établissement se relaie pour faire grève quelques heures par jour afin de dénoncer la nouvelle organisation annoncée par la direction de l'unité SAUV (service accueil urgences vitales). Les deux précédents rassemblements, le 24 et le 31 décembre avaient réuni une vingtaine de membres de l'équipe soignante.

"Huit postes d'aides-soignants vont être supprimés aux urgences et remplacés par des infirmières. Ces réductions de l'effectif s'ajoutent à la disparition de quatre postes (deux infirmières et deux aides-soignantes) l'été dernier", explique Victor Alava, délégué CGT/Sud au CHU.

Pour le syndicaliste, cette restructuration est le reflet d'une politique de "réduction des coûts qui nuit à la qualité des soins" :

"L'attente aux urgences est déjà interminable aujourd'hui. Pour réduire les coûts, l'établissement privatise certaines activités comme le service de nettoyage, la cuisine ou le brancardier. Désormais, on s'attaque au cœur de métier du soin. Les infirmières sont là pour le côté technique et la surveillance tandis que les aides-soignantes gèrent le confort du patient et notamment l'aide à la toilette. La direction se retranche derrière des recommandations nationales qui prévoient d'augmenter le nombre d'infirmières aux urgences mais ces textes ne prévoient absolument pas de supprimer des postes d'aides-soignants."

"Les effectifs sont maintenus", affirme la direction

"La direction du CHU de Toulouse tient à préciser que la transformation des postes d'aides-soignants en postes d'infirmières dans les services d'urgences vitales correspond à une évolution nationale dans un contexte de recommandations de bonnes pratiques professionnelles préconisées par SAMU/Urgences de France, explique-t-elle dans un communiqué.

L'objectif est d'augmenter le niveau de compétences des professionnels de santé intervenant dans les secteurs qui prennent en charge des personnes dont le pronostic vital est souvent engagé et qui nécessitent un renforcement de compétences en soins infirmiers."

Elle ajoute que "les effectifs des urgences (92 équivalents temps plein) sont maintenus au même niveau qu'actuellement". Six postes d'aides-soignants disparaissent et six postes d'infirmiers sont créés. Les aides-soignants dont le poste sera supprimé au niveau des urgences seront transférés dans un autre service.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/01/2016 à 18:53 :
Bac +3 pour s'occuper des locaux des repas et des toilettes ce qui représente 60% du travail AS aux urgences les 40% restants étant basé sur les soins.
Je comprends les infirmiers qui voient leur diplôme et fonction bradé par des bureaucrates en mal de deniers
La vérité se situe sûrement ailleurs en voulant tirer profit d'une situation qu'ils n'ont pas créé la direction a déjà fait ses calculs, une infirmière débutantes gagnent beaucoup moins qu'une AS confirmé et comme le turn over chez les infirmières est en moyenne de 5ans à cause de l'épuisement, le renouvellement à bon prix est une aubaine.
Demandez leur d'augmenter le salaires des infirmières aux urgences et vous verrez que tout compte fait cette recommandation nationale de bonne pratique n'est plus tout à fait une valeur impérative et morale.
Bonne chance à vous.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :