Le groupe toulousain Scalian lance un drone de surveillance

 |   |  369  mots
Le drone est relié par un cordon ombilical au pick-up.
Le drone est relié par un cordon ombilical au pick-up. (Crédits : Scalian)
Spécialisé dans les systèmes numériques, le groupe Scalian va commercialiser un système de surveillance par drone. L'engin est directement relié par un cordon à une voiture au sol ou un bateau en mer. Selon la société, cette approche atypique a l'avantage d'éviter les problèmes d'autonomie d'énergie des drones et permet un déploiement plus rapide.

À l'occasion du salon Drones in Toulouse qui accueille ce mercredi 20 septembre une compétition internationale de drones, l'ETI Scalian (ex-Eurogiciel) basée à Labège présente un nouveau système de surveillance par drone. Appelée Long eye, cette solution est composée d'un drone relié par un cordon ombilical au véhicule d'intervention, par exemple un pick-up au sol ou un navire en mer.

"Cette connexion permet d'alimenter le drone qui est autonome en énergie", avance Jean-Frédéric Réal, directeur de l'innovation chez Scalian. La société estime ainsi que l'engin est capable de voler huit heures d'affilée via la connexion filaire alors que les batteries des drones sur le marché atteignent aujourd'hui au maximum deux heures d'autonomie. La connexion filaire a aussi l'avantage d'éviter les ruptures de connexion et permet de couvrir des zones non couvertes par les réseaux de télécommunication.

"L'appareil peut voler pour le moment à une soixantaine de mètres d'altitude. Le drone décolle depuis un carré de 1m80 par 1m80 qu'on peut installer à l'arrière d'un pick-up. Cette piste est équipée d'une station météo qui permet de connaître en temps réel les conditions climatiques afin d'adapter les paramètres de vol du drone et d'autoriser ou non le vol mais aussi d'une caméra qui envoie les images du drone dans la station de contrôle à l'avant du véhicule, détaille Jean-Frédéric Réal.

Le drone est équipé d'un système d'intelligence artificielle qui lui permet de décoller du véhicule de manière autonome sans avoir recours à un pilote. Cela permet un déploiement du système en quelques instants."

Avec cette solution, l'entreprise cible le marché civil de la sécurité pour automatiser la surveillance de sites et l'inspection d'infrastructures.

Spécialisé dans les systèmes numériques, le groupe Scalian a lancé depuis quelques années de la R&D dans le domaine des drones. La société a ainsi racheté début 2017 l'entreprise de Portet-sur-Garonne B.onX. Elle a mené aussi une collaboration avec l'entreprise Rockwell Collins sur un système de drone couplé avec un radar de surveillance périmétrique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :