"Madame de" : le succès d'une société toulousaine de gouvernantes

 |   |  591  mots
La Toulousaine Coralie de Saint-Martin remet au goût du jour les bonnes manières et l'éducation à la française
La Toulousaine Coralie de Saint-Martin remet au goût du jour les bonnes manières et l'éducation à la française (Crédits : Objectif 77, Olivier Lafrontière)
La Toulousaine Coralie de Saint-Martin a fondé sa société de nurses, personnels de maison et gouvernantes haut de gamme. Deux ans après la création de "Madame de", le concept connaît un grand succès. Après l'ouverture d'une deuxième agence, la jeune cheffe d'entreprise entend déployer son business à l'échelle nationale.

À l'heure où toujours plus de startups cherchent à percer avec leurs innovations, c'est avec un concept vieux comme le monde que la PME de la Toulousaine Coralie de Saint-Martin est en train d'exploser. Créée en avril 2015 avec un capital social de 3 000 euros, la société "Madame de" propose aujourd'hui les services de 26 nurses, personnels de maison et gouvernantes haut de gamme à Toulouse.

Cahier des charges ultra-personnalisé et retour à une éducation à la française pour les enfants ont permis à la petite entreprise d'engranger 250 000 euros de chiffre d'affaires en 2016, et d'ouvrir une deuxième agence à Bordeaux au mois de mars. En 2018, si tout va bien, le chiffre d'affaires de "Madame de", nommée ainsi pour rappeler l'éducation aristocratique, devrait dépasser le million d'euros.

Un positionnement haut-de-gamme à partir de 25 euros de l'heure

"J'ai toujours été émerveillée par les métiers de la maison, observe Coralie de Saint-Martin. Alors quand je travaillais aux Galeries Lafayette, j'ai cherché une aide pour s'occuper de mon fils de trois ans, mais aucune n'était assez polyvalente: une faisait bien le repassage mais ne parlait pas anglais, l'autre savait peindre mais je n'étais pas satisfaite de son ménage... C'est ce qui m'a décidée à proposer les services d'un personnel de maison aussi compétent dans le savoir-faire que dans le savoir-être".

Avec "Madame de", Coralie de Saint-Martin souhaite ainsi "dépoussiérer" l'image du service à la personne. L'objectif est de se rendre indispensable auprès des publics aisés, en s'appuyant sur les petites attentions de ses employées : cueillir des fleurs fraîches au jardin, préparer une tarte au citron meringuée... Ces prises d'initiative sont aussi un critère de sélection du personnel, et font aujourd'hui de "Madame de", un service de luxe. Pour 25 euros de l'heure, une nurse s'occupe des enfants et le personnel de maison gère l'intérieur de la demeure pour 27 euros. Enfin, pour 28 euros, une gouvernante assume l'intégralité des tâches quotidiennes selon un cahier des charges bien précis, pour les enfants et pour l'habitation.

"Dans l'idéal, elles parlent plusieurs langues"

"Je retiens environ un CV sur 30, souligne la directrice de 'Madame de'. Mes employés sont habiles en cuisine et en entretien ménager, ont une belle présentation et utilisent un vocabulaire varié pour l'éveil des enfants. Dans l'idéal, ils parlent plusieurs langues, notamment l'anglais, ou ont une compétence artistique transmissible aux enfants comme la musique, la peinture... Et bien sûr, ils doivent pouvoir répondre à toutes les petites 'maniaqueries' des clients".

Les salariés "Madame de" sont rémunérés 10% au dessus du SMIC et prennent en charge entre un et cinq clients. Certaines gouvernantes travaillent en effet 35h par semaine dans le même foyer. C'est pourquoi, contrairement à ses concurrents qui ne proposent pas un service aussi haut de gamme, les petites mains de Coralie de Saint-Martin passent en moyenne huit heures par semaine chez leurs clients, contre environ 2h30 pour les sociétés de ménage et repassage o2, Ménage et Compagnie, ou de garde d'enfant Family Sphere ou Kangourou Kids.

Aujourd'hui, "Madame de" cherche de nouveaux locaux pour son siège social et une deuxième agence toulousaine qui devrait déboucher sur le recrutement d'un directeur d'ici la fin de l'année. Puis, Coralie de Saint-Martin entend bien étendre son business au niveau national, en commençant par Nantes fin 2018, Lyon puis Aix-en-Provence.

Lire aussi : À Toulouse, Authentic Material veut faire sa place dans l'industrie du luxe

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/08/2017 à 10:26 :
L'idée n'est pas mauvaise. Cependant, il serait beaucoup plus intéressant de créer une compagnie dispensant des cours de bonnes manières aux couches les moins aisés de la société. Car les bonnes manières, le respect et la dignité deviennent des denrées de plus en plus rares et ne devraient pas être réservés aux couches aisées.
a écrit le 10/08/2017 à 20:54 :
Pour y avoir travaillé, Madame de est tout le contraire de certains propos. Il est dommage que des personnes, préfèrent le jugement et l'impolitesse, à la curiosité de connaître une entreprise qui fait justement tout pour valoriser des métiers parfois dénigrés, et tout pour fidéliser ses salariés. Pour ses salaries, Madame de sait récompenser, valoriser et reconnaître avec beaucoup de bienveillance, de respect et d'écoute.
a écrit le 10/08/2017 à 15:53 :
Concept super! Quel dommage que vous ne soyez pas présente à Paris...
Réponse de le 15/08/2017 à 8:26 :
...Bientôt, bientôt :-)
a écrit le 10/08/2017 à 8:43 :
Un service haut de gamme pour les clients et un salaire bas de gamme pour les employés. Il ne faut pas oublier que sans vos employés, votre société n'est rien...
Réponse de le 10/08/2017 à 10:13 :
Avez vous compris son business plan ?
Excellent , elle s'adresse a des personnes qui pensent que le haut de gamme s'achètent au prix du basic..
Et dans cette filière elle a du trouver un certain potentiel !

Rappelons les chiffres : CA 250 000€ ; 26 " employées " , 2 agences , personnels payés 10% du smic...
On s'aperçoit de suite que son personnel n'est pas embauché ( travail intérim ) ...

Si Fauchon ( ou Hediard ) propose leurs produits au prix casino , vous allez émettre un doute sur la qualité de ceux ci ... Mais si vous proposez une gouvernante au prix d'une femme de ménage dans un certain milieu il n'y aura aucun problème !
C'est ça qu'elle démontre...

Maintenant si on trouve en France une gouvernante ( et femme de ménage ) qui sait cuisiner , jardiner , parler anglais , s'occuper des enfants en leurs apprenant la musique et la peinture , tout en nettoyant la maison pour 28€ de l'heure ...Nous sommes un pays du tiers monde CQFD



a écrit le 09/08/2017 à 20:20 :
Bilingues, polyvalentes, artistes, éduquées, attentionnées...
et 10% de plus que le SMIC
Cherchez l'erreur.
a écrit le 09/08/2017 à 14:05 :
C'est top, c'est vraiment une bonne idée, futur licorne ? Bravo c'est original.
Réponse de le 10/08/2017 à 14:04 :
Monsieur,
Je vous remercie pour votre gentil message. La croissance de Madame de est effectivement souvent comparée aux start-up!

Excellente journée à vous
Cordialement

Coralie de Saint-Martin
Directrice groupe et Fondatrice

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :