Les Maisons de la Presse se mettent à l'expédition de colis

 |   |  579  mots
Une centaine de commerces du réseau (Maisons de la Presse et Mag Presse) proposent l'expédition de colis.
Une centaine de commerces du réseau (Maisons de la Presse et Mag Presse) proposent l'expédition de colis. (Crédits : Rémi Benoit)
La PME toulousaine Nap, actionnaire majoritaire des Maisons de la Presse et de Mag presse, a signé un partenariat avec DHL express pour proposer aux particuliers d'envoyer des colis depuis un magasin. Cette nouvelle activité fait partie de la stratégie de diversification amorcée par le réseau face à la baisse des ventes de journaux.

Depuis une dizaine d'années, les bureaux de tabac et marchands de journaux proposent à leurs clients de venir récupérer leur colis en magasin. Le distributeur toulousain Nap, actionnaire majoritaire des Maisons de la Presse et de Mag presse, a décidé d'aller plus loin en signant au mois de juin un partenariat avec DHL Express, filiale du groupe allemand Deutsche Post, pour expédier depuis ses magasins des lettres et des colis (jusqu'à 25 kilos) en France et à l'étranger.

"Ce créneau est tout juste en train d'émerger en France, explique Arnaud Ayrolles, président de Nap. Après un test concluant sur 13 magasins, le service d'expédition est aujourd'hui déjà déployé sur une centaine de magasins (en Haute-Garonne la Maison de la Presse d'Aucamville, NDLR). Nous envisageons de l'étendre d'ici un an et demi sur une grande partie de notre réseau (581 Maisons de la Presse et 888 Mag Presse, NDLR).

Pour une Maison de la Presse, l'expédition express s'avère plus rémunératrice que la simple réception de colis :

"Déjà parce l'expédition d'un colis express 24h, nationale ou internationale, est naturellement plus onéreuse qu'un envoi simple. Ensuite, là où nous ne touchons que quelques centimes sur l'activité de relai de colis, le commerçant est commissionné sur chaque colis express envoyé, c'est une véritable nouvelle activité en magasin", poursuit Arnaud Ayrolles.

Cette nouvelle activité s'inscrit dans une démarche de diversification entamée depuis quelques années par le distributeur face à l'érosion des activités historiques des Maisons de la presse (journaux, tabac). Depuis 2014, les magasins vendent des cartes SIM de l'opérateur de téléphonie mobile Free. Par ailleurs, sur le modèle des "convenience store" aux États-Unis, les enseignes de presse proposent désormais des produits de dépannage (piles, ampoules...), des jouets et même des cartes Pokémon GO.

Il est difficile d'estimer la part de ces activités de diversification dans le chiffre d'affaires des Maisons de la Presse (sachant que chaque magasin ne propose pas les mêmes produits ou services). Toutefois, souligne le président de Nap, "ces nouvelles activités nous ont permis de maintenir notre niveau d'activité de l'enseigne à 1,9 Milliards d'euros malgré l'érosion des ventes de journaux et de livres. Le groupe NAP a quant à lui réalisé 46 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2016, soit une augmentation de 17% sur un an".

Un magasin-pilote et une nouvelle marque dévoilés en septembre

Autre axe de transformation : la digitalisation des magasins. Des vitrines digitales remplacent les affiches papier et 600 magasins sont équipés d'une caisse à double écran où le client voit défiler des informations ou des publicités. Depuis deux ans, Nap a déployé également des iBeacons, des balises qui envoient un message Bluetooth à tous les smartphones autour de la boutique dans un rayon de 100 mètres. Cette innovation s'est révélée finalement peu prometteuse. "Nous avons lancé environ 200 campagnes via cet outil, ce qui est peu. Cette technologie n'est pas suffisamment mature. L'autre frein est que les utilisateurs n'ont pas toujours le Bluetooth activé sur leur téléphone", avance Arnaud Ayrolles.

Le 21 septembre prochain, Nap compte lancer une nouvelle marque autour d'un magasin pilote à Lyon où le digital sera encore plus présent. : "Des écrans digitaux diffusant des contenus de l'enseigne, de l'information ou des publicités seront placés en vitrine ainsi qu'au niveau des rayons", annonce-t-il.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/08/2017 à 15:53 :
J'ai testé un service nouveau de La Poste pour envoyer des colis. Il faut une balance, une imprimante et payer en ligne (donc créer un compte sur le site). Le principe est de préparer le colis avec le bon affranchissement, le mettre dans notre boite aux lettres prêt à poster, le facteur passe le matin le chercher et laisse un mot pour le confirmer. Si le colis est trop gros, il faut se déplacer, c'est la contrainte, mais sinon c'est pratique.
Je ne sais pas si ça se fait partout, mais vu que le facteur colis livre, il peut aussi récupérer en passant.
a écrit le 08/08/2017 à 15:22 :
Pourquoi ne pas faire pareil avec les buralistes ? Il leur faudra se reconvertir un jour, en douceur, petit à petit pour éviter les drames (ou donner des primes qui remplacent le salaire).
a écrit le 08/08/2017 à 15:10 :
Toujours plus vite et plus diversifiée...
En France on va venir aussi aux ouvertures des commerces 24/24 comme aux usa.
Les villes qui ne dorment plus.
a écrit le 08/08/2017 à 12:46 :
Excellente idée ! C'est tellement galère de passer par la poste avec leurs horaires inadaptés.
Réponse de le 09/08/2017 à 10:04 :
Je récupère tous mes colis en point-relais et j'ai arrêté d'aller chercher mes recommandés depuis que la poste de mon quartier (en centre-ville de Toulouse) à restreint ses horaires à 9h-18h.

Je comprends que les postes ne puissent pas avoir assez de personnel pour rester ouvert jusqu'à 20h ou 21h comme les supérettes mais dans ce cas, les bureau de poste ne sont plus les lieux adaptés pour envoyer et retirer du courrier ou des colis.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :