Latécoère toujours affecté par les baisses de cadence de l'A380

 |   |  471  mots
Latécoère connaît une activité aérostructure en repli sur le premier semestre.
Latécoère connaît une activité aérostructure en repli sur le premier semestre.
Le groupe Latécoère annonce un chiffre d'affaires en progression sur le premier semestre. Mais à taux de change constant, l'activité de l'équipementier aéronautique est en repli, notamment sur la partie aérostructure. L'entreprise toulousaine mise sur des commandes de câblage pour compenser l'absence de nouveaux programmes des avionneurs.

Avec 348 millions d'euros de chiffre d'affaires sur le premier semestre, le groupe Latécoère annonce ce mercredi 26 juillet une activité en croissance de 1,8% sur cette période. Mais comme le précise lui-même l'équipementier aéronautique, "le groupe a bénéficié d'un effet favorable des couvertures de change entre l'euro et le dollar". À taux de change constant, Latécoère affiche un chiffre d'affaires en recul de 1,2% sur le premier semestre 2017.

Latécoère par les baisses de cadences des A380 et des Falcon

C'est à nouveau l'activité aérostructures, autrement dit la fabrication de tronçons de fuselage et de portes d'avions qui plombe ses résultats. Cette activité qui représente la majeure partie de son chiffre d'affaires (65%) accuse un recul de 2,7% à taux de change constant. L'équipementier aéronautique est toujours affecté par l'absence de nouveaux programmes chez les avionneurs comme Airbus ou Boeing. "Ce recul reflète essentiellement les baisses de cadence sur l'A380 d'Airbus et des Falcon 7X et 8X de Dassault Aviation. La baisse des volumes de l'Embraer E1 devrait se faire sentir sur la seconde partie de l'année", détaille l'entreprise toulousaine.

Des contrats au Canada et au Japon pour le câblage

En revanche, la deuxième activité de Latécoère qui représente 35% de son chiffre d'affaires affiche une progression de 1,3% à taux de change constant. Il s'agit de la partie systèmes d'interconnexion (spécialité des usines marocaines et tunisiennes). Au premier semestre, le groupe a par exemple décroché un contrat pour des câblages de trains d'atterrissage à destination d'une entreprise canadienne (Héroux-Devtek). Latécoère a également été sélectionné par le Japonais Mitsubishi pour réaliser le câblage de son premier jet régional.

Une nouvelle usine en construction à Toulouse

Par ailleurs, dans le cadre du plan Transformation 2020, annoncé en juin 2016 et qui a conduit à 132 départs volontaires, Latécoère va investir 30 millions d'euros dans la construction d'un nouveau site de production sur la zone de Montredon à Toulouse.

"C'est un choix stratégique de nous recentrer sur l'aéronautique et de réinternaliser la production de pièces aujourd'hui effectuée par des fournisseurs en zones low cost, a expliqué la directrice générale du groupe Yannick Assouad lors de la pose de la première pierre le 13 juillet dernier. En restant en France et en misant sur l'automatisation et le numérique, nous espérons doubler notre capacité de production sur ce nouveau site".

En effet, dans sa nouvelle usine 4.0, le groupe Latécoère devrait faire passer ses cycles industriels de fabrication de plusieurs semaines à quelques jours, ce qui lui permettrait de diminuer ses stocks et son besoin en fonds de roulement.

Lire aussi : Latécoère pose la première pierre de son usine du futur à Toulouse

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :