Le cloud : révolution obligatoire pour toutes les entreprises ?

 |   |  818  mots
Cinq experts et utilisateurs sont venus débattre ce 7 mai sur l'utilisation concrète du cloud
Cinq experts et utilisateurs sont venus débattre ce 7 mai sur l'utilisation concrète du cloud (Crédits : Rémi Benoit)
Stocker, sécuriser et avoir accès à ses données est devenu une priorité pour les entreprises, quel que soit leur secteur. Doivent-elles faire appel à un hébergeur extérieur ? Ce dernier doit-il être localisé à proximité ? Ne vaut-il pas mieux gérer soi-même ses données ? Plusieurs experts du secteur, réunis ce matin à Toulouse à l'initiative de La Tribune-Objectif News en partenariat avec la société CIS Valley, ont éclairci une problématique de plus en plus présente aussi bien dans les institutions que chez les entreprises : le cloud.

La définition du cloud est un exercice périlleux tant les offres et les acteurs du secteur sont nombreux. Tony Marchand, directeur du cluster numérique de Midi-Pyrénées Digital Place, a résumé les choses ainsi ce matin lors du débat Le cloud, quels enjeux et opportunités pour les entreprises :

"Le cloud, c'est l'hébergement des données sur des serveurs dimensionnés pour cela. Cela évite de mettre en place un système informatique extrêmement coûteux, mais cela implique une chose essentielle : la confiance."

La confiance, condition de réussite

"Il faut faire le deuil de la propriété de ses serveurs", affirme Christophe Guillot, directeur adjoint des systèmes d'information des Laboratoires Pierre Fabre (dont la totalité des hébergeurs sont à l'extérieur de l'entreprise). "L'outsourcing, c'est déléguer un métier qui n'est pas le nôtre. Nous payons pour des compétences que nous n'avons pas en interne." Pour autant, la confiance règne à 99 % seulement : "On ne mettra jamais dans ces serveurs nos formules médicales, il ne faut pas rêver !" sourit-il.

Pour Hubert Gaudré, directeur du département cloud et services de CIS Valley (entreprise bordelaise qui propose des solutions cloud), les entreprises ont plusieurs raisons de se mettre au cloud :

"La disponibilité des données, la flexibilité du système, des professionnels du secteur a disposition, et aussi la possibilité de récupérer les données en cas de panne, par exemple."

En effet, une des garanties de la confiance que peut accorder une entreprise à son hébergeur est la "réversibilité" des données. Un critère primordial pris en compte dans le label cloud, lancé par Digital Place l'année dernière afin de sécuriser le secteur (et désormais porté par France IT). Pour Tony Marchand :

"Si une société veut être labellisé, elle doist stocker les données et les rendre interopérables avec un service concurrent en cas de besoin. La capacité à restituer les données, c'est acquérir la confiance de son client."

Une opinion partagée par Christophe Guillot : "Quand on choisit un hébergeur, il faut demander un test de réversibilité. C'est important, et on se rend compte que peu d'hébergeurs le font."

CIS valley / cloud

--> Hubert Gaudré, entouré de Tony Marchand et Nicolas Bach

La proximité de l'hébergeur, ça change quoi ?

Hervé Girardi est le directeur général de Promologis, société d'immobilier qui a décidé de passer au cloud en 2013.

"Pour nous, c'était une petite révolution. Nous avons fait le choix de serveurs pas loin de Toulouse et nous apprécions cette proximité. Je n'en fais pas une religion, mais cette proximité nous a semblé être un plus."

Un faux argument selon Christophe Guillot (laboratoire Pierre Fabre) : "La localisation de la donnée n'a rien à voir avec qui peut y accéder, que ce soit aux États-Unis ou ailleurs. IBM héberge bien ses données à Montpellier sous le droit américain."

Et le projet de loi Renseignement voté le 5 mai par l'Assemblée nationale ne semble pas améliorer les choses :

"Nous avons notre Patriot Act. Cela devient aussi dangereux d'héberger les données en France qu'aux États-Unis ou en Russie", estime Christophe Guillot.

À ce sujet, Tony marchand se veut plus rassurant : "À partir du moment où il y a une législation, il y a un contrôle", pense-t-il. Pour le spécialiste Hubert Gaudré : "Cette loi vise à protéger les citoyens, et pour cela je n'y vois pas d'inconvénient. Mais il ne faut pas de déviance. L'objectif de sécurité ne doit pas devenir un objectif de renseignement destiné à de l'espionnage économique."

Le cloud, un mouvement inéluctable ?

Toutes les entreprises et organisations sont-elles amenées à passer au cloud à plus ou moins courte échéance ? "Je ne demande que ça !" lance Nicolas Bach, directeur des systèmes d'information de la Ville de Toulouse.

"Pour les petites structures ou collectivités, les offres sont intéressantes. Pour une collectivité comme la nôtre, avec des besoins très variés, il n'y a rien : les acteurs n'ont pas encore industrialisé leur offre."

Pour les TPE / PME en revanche, il semblerait qu'il n'y ait plus beaucoup de choix : "il y a une évangélisation à faire, mais il faut savoir que nos métiers nous ferons faire cette évolution de force", note Christophe Guillot.

"Après un an et demi de pratique, nos équipes ont progressé et l'externalisation sur un hébergeur nous permet de nous concentrer sur notre cœur de métier, et donc d'être plus performant", témoigne Hervé Girardi (Promologis).

La conclusion revient à Hubert Gaudré, de CIS Valley :

"L'intérêt des entreprises n'est pas d'opérer le cloud elles-mêmes. Elles font face à une complexité croissante du système d'information, alors autant faire appel aux spécialistes."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/05/2015 à 23:57 :
Ah... Comme j'aime ces mots qui fleurent bon le libéralisme et la liberté d'entreprendre: Obligatoire! Inéluctable! C'est dans votre intérêt, hein! Et surtout ayez confiance! ... vous rendez-vous seulement compte de ce que vous écrivez, ou êtes-vous si pétrie des autoritarisme de l'époque que non? Vous parlez d'intérêt? Lequel? Quel recours en cas de gros pépin? L'avocat? Vous pensez que l'avocat permet de dormir la nuit? Et je ne parle pas du reste, des clauses léonines, des cachées, des perfides qui nous ont si souvent mis dedans qu'il faudrait être fou ou contraint pour y aller quand on peut l'éviter. Mais je suppose que vous savez bien cela, et que c'est pourquoi vous utilisez ces mots précisément. Non?
a écrit le 07/05/2015 à 20:56 :
Le cloud ne sera jamais sécurisé pour les entreprises ;

Il ne faut pas être naïf, ni puérile.

Il ne se passe pas 1 mois sans que l'on apprenne des vols de données via internet, même les services des armées américaines en ont été victimes ;

Le cloud représente LE danger majeur pour les entreprises car en cas de vol de données, dans un "nuage" il sera impossible de poursuivre qui que ce soit, ni les hébergeurs, ni les voleurs, quand ce ne seront pas les mêmes !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :