Qui est Casil Europe, le nouvel actionnaire de l'aéroport de Toulouse ?

 |   |  535  mots
L'État a officialisé ce vendredi 17 avril, par arrêté ministériel, la vente de ses parts dans la société Aéroport Toulouse-Blagnac. Le repreneur, qui détient désormais 49,9 % d'ATB, est une société française, Casil Europe. Mais elle est formée de deux sociétés chinoises, dont le très puissant Shangdong Hi-Speed Group.

Jusqu'à ce matin, le nouvel actionnaire d'ATB s'appelait "Symbiose". Or, le décret publié ce vendredi 17 avril au journal officiel mentionne le nom de Casil Europe.

Cette différence de nom s'explique simplement : Symbiose était le nom du consortium candidat au rachat des parts de l'État. Une fois désigné vainqueur de l'appel d'offres, les membres du consortium (composé de Shandong Hi-Speed Group Co et de Friedmann Pacific AM) ont créé une société, Casil Europe. C'est désormais cette société, immatriculée à Paris, qui détient 49,9 % de la société ATB. "Cette société de droit français est entièrement détenue et contrôlée par le consortium Symbiose", précise la Commission des participations et des transferts dans le Journal Officiel.

Qui est Casil Europe ?

Les deux propriétaires de Casil Europe sont Shandong Hi-Speed Group (à 51%) et Friedmann Pacific AM (à 49 %). Ces deux sociétés chinoises, déjà propriétaires de Casil (China Airport Synergy Investment Limited) ont créé la filiale parisienne le 22 janvier dernier.

Shandong Hi-Speed Group est un conglomérat public de la province de Shandong et l'une des 500 plus grandes entreprises de Chine. Ses principales activités comprennent le financement, la construction, la gestion, l'exploitation et l'entretien d'autoroutes, d'aéroports et de ports dans de nombreux pays. En 2013, le groupe a réalisé un chiffre d'affaires de 5,4 milliards d'euros et a employé plus de 26 000 personnes. Il cherche à développer sa présence dans les aéroports et a notamment participé au projet de l'aéroport international de Jinan.

Friedmann Pacific AM est un fonds d'investissement qui gérait en décembre 2013 plus de 1,3 milliard d'euros d'actifs. Ses principales activités comprennent le capital-investissement, la gestion d'actifs, les investissements dans les infrastructures et le leasing d'aéronefs. D'ailleurs, sa filiale dédiée au leasing, China Aircraft Leasing Company (Calc) est connue à Toulouse : elle est en effet partenaire et client d'Airbus et possède des locaux à Blagnac.

Quel projet ?

Pour rappel, le projet industriel du nouveau repreneur est fondé sur une croissance du trafic de l'aéroport Toulouse-Blagnac.

"Elle sera axée sur l'ouverture de liaisons directes vers de nouveaux marchés européens et internationaux d'Asie, d'Amérique et du Moyen-Orient, ce qui dynamisera également le réseau existant. Le plan prévoit un trafic passagers de 11,8 millions en 2030 et de 18,4 millions en 2046. L'amélioration de l'accueil et de l'offre de services (parkings, commerce, restauration) sera poursuivie pour atteindre les références internationales. Un programme d'investissement de plus de 850 millions d'euros sera conduit sur la durée de la concession", indique la commission des participations et des transferts de l'État dans un document rendu public aujourd'hui.

Les nouveaux actionnaires d'ATB devraient rencontrer les salariés de l'aéroport avant le début du mois de mai. Ces derniers ont appris ce matin, sans surprise, que la vente était effective.

"Il y a un mélange de fatalisme et de confiance excessive. Nous savions que cela arriverait depuis des années. La direction a tout fait pour rassurer les salariés et cela a fonctionné. Ils ont été peu à se mobiliser contre la privatisation", décrit Patrick Fabriès, secrétaire du comité d'entreprise d'ATB.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/04/2015 à 22:35 :
On perçoit déjà le futur scandale des travailleurs chinois détachés et celui de l'espionnite aigüe d'airbus. Pauvre France, ce pays a presque toujours été mal géré, car trop riche par nature. De toute façon on y peut rien, déjà le gouvernement avait forcé la vente des concessions autoroutes malgré l'opposition des députés, des élus, des français dans tous les sondages. Un gouvernement qui bosse pour les français, ça se serait nouveau, j'espère le voir dans ma vie.
a écrit le 18/04/2015 à 11:07 :
Les Chinois montrent une fois de plus leur capacité à s'intégrer dans une société étrangère. Eux, quand ils arrivent, ils sont capables de ne pas choquer en acceptant de changer de nom, cela s'appelle respecter ses hôtes. En plus, ils n'obligent pas les gens à faire des efforts pour prononcer leur nom et l'écrire. Tout le monde n'est pas comme IKEA et d'autres, assez sûr de soi pour imposer leur langue, leurs manières aux autres et penser que cela va être accepté comme allant de soi (IKEA est même copié, c'est vrai, les autres sont supportés parce que nous sommes un peu trop pigeons). Il y a deux façons de s'installer à l'étranger : en terrain conquis (mais il faut avoir remporter une guerre) ou en ami et il faut alors respecter les règles de l'hospitalité. C'est bien que certains en soi encore conscients, il faut reconnaître que les asiatiques sont souvent "bien élevés" et respectueux des règles de l'hospitalité, même au 3ième millénaire.
Réponse de le 20/04/2015 à 7:14 :
++

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :