Airbus lance Bizlab, son accélérateur d'innovation aéronautique

 |   |  863  mots
Le directeur du Bizlab Bruno Gutierres et le PDG d'Airbus Fabrice Brégier.
Le directeur du Bizlab Bruno Gutierres et le PDG d'Airbus Fabrice Brégier. (Crédits : Rémi Benoit)
Airbus a inauguré ce lundi 9 mars à Colomiers, près de Toulouse, son "Bizlab", une structure dédiée à l'innovation dans l'industrie aéronautique et spatiale. 15 projets en provenance de start-up et d'ingénieurs d'Airbus ont été retenus pour cette première sélection. Le Bizlab représente un investissement de 400 000 euros pour Airbus.

Le nouveau bébé d'Airbus est situé à quelques pas seulement du Delivery Center de Colomiers. Lancé officiellement ce lundi 9 mars, le Bizlab est décrit par le constructeur comme un "accélérateur mondial de business pour l'industrie aéronautique et spatiale". Concrètement, un comité de sélection composé de Yann Barbaux, responsable de l'innovation chez Airbus et le directeur du Bizlab Bruno Gutierres ont sélectionné 15 porteurs de projets qui vont bénéficier durant six mois d'un accompagnement pour faciliter la commercialisation de leurs idées. Parmi les porteurs de projets figurent aussi bien des start-up que des ingénieurs "maison".

Ambiance start-up

Thomas Stanislawiak, ingénieur au bureau d'études d'Airbus, défend le projet "Dynamo". Il a mis au point un GPS pour aider les pilotes à se repérer sur les pistes aériennes car, devant la complexité des tarmacs, certains peuvent se perdre ou perdre du temps à se repérer. "Le logiciel permet d'économiser du fioul au roulage mais, à terme, cette application pourra s'étendre à toutes les phases de vol", explique Thomas Stanislawiak. L'ingénieur espère une mise sur le marché du produit avant l'été. Pour l'aider dans son projet, l'ingénieur dispose d'un coach au sein du Bizlab. "Au-delà de la faisabilité technique, notre mission est de voir la viabilité du produit sur le marché et sa 'désirabilité' vis-à-vis des consommateurs", détaille Fabrice Villaumé, un des coachs, également salarié d'Airbus.

En les sortant des murs de leurs bureaux, le constructeur veut aussi plonger ses "intrapreneurs" dans une ambiance start-up, qui n'est pas forcément celle qui règne au sein du géant de l'aéronautique. Ce matin, lors de l'inauguration, le directeur du Bizlab Bruno Gutierres et les coachs ont accueilli les visiteurs en T-shirt-jean-basket. Et, à l'issue des discours d'inauguration, le PDG d'Airbus Fabrice Brégier a été invité à écrire un petit mot à la craie sur le tableau noir situé dans l'open-space. Une séquence qui rappelle la venue de la secrétaire d'État au numérique Axelle Lemaire en février dernier qui avait dessiné sur les murs du nouvel accélérateur Ekito à Toulouse.

Pour Fabrice Brégier, il est important de nouer des partenariats avec l'écosystème numérique toulousain :

"D'un côté, nous avons 12 000 ingénieurs très créatifs. De l'autre, des start-up qui aiment beaucoup travailler pour Airbus. Le défi consiste à accélérer le processus de transformation des idées les plus prometteuses en projets concrets. Les idées nouvelles et l'innovation sont essentielles au maintien du leadership d'Airbus dans le secteur aéronautique."

S'inscrire dans la dynamique "French Tech"

Pour développer le BizLab, Airbus s'est d'ailleurs appuyé sur l'expérience des programmes de soutien aux start-up et souhaite soutenir le label "French Tech" attribué en novembre dernier à 9 métropoles françaises dont la ville de Toulouse. Une initiative saluée par Philippe Coste, le directeur délégué French Tech Toulouse. "C'est un bon signe que de grands comptes comme Airbus s'impliquent dans la French Tech, ces entreprises ont aujourd'hui besoin de s'inspirer de cette dynamique."

Au total, une vingtaine de personnes travaillera au sein du Bizlab, dont trois ingénieurs du bureau d'études d'Airbus. Les porteurs de projets bénéficieront de conseils d'experts dans différents domaines (droit, finance, marketing...). Ils disposeront aussi de contacts réguliers avec des "mentors" de grandes réussites américaines comme Google ou Microsoft. Le vice-président de Coca-Cola, Ed Steinike, présent à l'inauguration ce lundi 9 mars à Toulouse, a signifié qu'avec l'arrivée des nouvelles technologies, "l'agenda de l'innovation avait changé pour toutes les entreprises. Airbus et Coca-Cola ont en commun ce même souci de l'innovation."

Airbus travaille avec Sigfox pour mieux contrôler les accès aux avions

Parmi les nombreux projets portés par le Bizlab, Airbus a annoncé un partenariat avec le Toulousain Sigfox. L'idée consiste à placer des petits boitiers connectés sur les différents accès des avions, et notamment les portes, pour vérifier à distance si elles sont ouvertes ou fermées. Via le réseau, il est possible de surveiller partout à travers le monde l'état des accès aux appareils.

Autre exemple, le projet "Robs" est lui destiné à mettre au point un outil de prédiction pour mieux gérer les sorties de pistes des avions. Enfin, une société allemande planche sur l'utilisation d'une voile sur les bateaux qui transportent les différentes pièces entre les chaînes d'assemblages pour couper le moteur des embarcations et économiser du carburant.

400 000 euros ont été investis pour l'aménagement du Bizlab et le PDG d'Airbus se dit prêt à investir "plusieurs millions d'euros" pour le faire fonctionner :

"Il n'y a pas de limite. Cela dépendra de la qualité des projets. Notre chiffre d'affaires est de 40 milliards d'euros et nous investissons seulement pour le moment quelques millions dans ce type de projets innovants mais nous pourrions investir quelques dizaines voire quelques centaines de millions d'euros."

Airbus ambitionne de créer un réseau mondial de Bizlab. Le prochain ouvrira courant 2015 à Hambourg en Allemagne. Suivra ensuite Bangalore en Inde.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :