Première édition de La Fabrique du Changement à Toulouse

 |   |  790  mots
Isabelle Duchamp, cofondatrice de la Fabrique du Changement
Isabelle Duchamp, cofondatrice de la Fabrique du Changement (Crédits : Rémi Benoit)
Après Nantes, Grenoble et Bordeaux, la Fabrique du Changement arrive à Toulouse. L’événement qui aura lieu le 18 mai s’intéresse au changement du monde du travail et propose d’expérimenter des méthodes innovantes de management. Interview d’Isabelle Duchamp, cofondatrice de la Fabrique du Changement et facilitatrice en intelligence collective.

Qu'est-ce que la Fabrique du Changement ?

La Fabrique du Changement est née à Nantes il y a 4 ans. La première édition avait réuni 150 personnes et, cette année, l'équipe attend plus de 1 000 personnes sur deux jours. L'événement existe aussi à Bordeaux et à Grenoble, bientôt à Bruxelles et Montréal tandis qu'à Toulouse, la première édition aura lieu en mai.

Avec cet événement atypique sur le fond et sur la forme, nous voulons apporter des solutions concrètes à trois enjeux pour les entreprises : la transformation numérique, le recrutement et l'intégration des nouvelles générations (les jeunes ne veulent plus d'organisation pyramidale), et les enjeux environnementaux. Pour se faire nous proposons une sorte d'expédition pédagogique sur le mode de la "learning expedition" au cours de laquelle les salariés des entreprises ou des collectivités publiques (managers, collaborateurs, chefs de projet, etc.) peuvent tester, en un seul lieu et pendant une journée, un panel de techniques et de méthodes innovantes de gestion de projets, de conduite de réunions ou encore d'animation d'équipes.

Pourquoi le monde du travail et les entreprises doivent-ils changer ?

Il y a urgence à modifier les formes de management et notre rapport personnel au travail car les entreprises et les organisations recèlent des trésors de créativité et de talents mais elles ne savent pas comment les faire émerger. Les freins viennent souvent du management intermédiaire car il ne comprend plus quelle est sa place. Or, le manager, aujourd'hui, ce n'est plus l'expert, il devient le facilitateur, l'animateur bienveillant de son équipe qui doit aider les talents à s'exprimer. Et cela passe avant tout par le fait de faire confiance, libérer l'autonomie, la responsabilité et l'initiative.

On parle souvent des entreprises libérées, c'est parfois un peu du marketing car il n'y a pas une méthodologie unique. En fait, il y a plusieurs chemins qui sont liés à l'histoire, à l'ADN, au contexte de chaque entreprise. Chacun doit se l'approprier et c'est ce que nous voulons faire expérimenter lors de La Fabrique du Changement.

Quelle est la thématique de La Fabrique du Changement Toulouse ?

Cette année la thématique commune est : "liberté, créativité, bien-être". Nous sommes convaincus que l'émotion, l'humour et le plaisir sont des moteurs dans la vie personnelle et dans le travail et nous allons permettre aux participants d'en faire l'expérience. Nous allons par exemple aborder la thématique du leadership en faisant vivre la posture d'un chef d'orchestre et, en écho, celle des membres d'une équipe en tant que musiciens.

En France, l'enseignement est trop souvent descendant : on écoute, on apprend, on réfléchit et après on agit. Avec les conséquences que l'on sait dans les entreprises et l'organisation : des process lourds, une hiérarchie trop présente et des gens un peu tétanisés dans l'action.

La nouvelle pédagogie et le design thinking sont eux favorables à une autre option : on teste, on ressent les choses, on agit, on adapte. Conséquence, les gens se mettent en mouvement et n'ont plus peur du regard des autres, d'agir et de se tromper avant de rebondir. Dans l'entreprise, cela libère les énergies, les prises d'initiative et l'innovation.

Quels seront les temps forts de la journée ?

La journée commencera par deux conférences inspirantes. L'une avec le médecin québécois Serge Marquis, expert de la gestion du stress et de la prévention des risques psycho-sociaux, l'autre avec Aurélie Salvaire, la fondatrice de Shiftbalance, le think tank sur l'égalité des genres qui vient de Barcelone.

Ensuite, chaque participant pourra choisir son propre parcours et ses ateliers (méthodologie du changement, facilitation graphique, gestion de projet méthode agile, codéveloppement, créativité, comment animer des réunions à distance, poste de chief happiness officer). Pour les ateliers, nous privilégions, avec mes coéquipières Caroline Roussel et Anne-Françoise Dufief, l'intervention de personnalités toulousaines (experts, coachs, facilitateurs) avec qui nous coconstruisons actuellement l'événement et je suis fière d'annoncer que La Fabrique du Changement Toulouse sera strictement paritaire homme / femme. Actuellement, nous recherchons de nouveaux partenaires. Nous avons à nos côtés Berger-Levrault qui est déjà dans une dynamique de changement, et La Grainerie, qui veut rapprocher le monde de l'entreprise et le monde de l'art. Nous sommes très vigilants à signer des partenariats financiers avec des entreprises qui sont réellement elles-mêmes dans une démarche de transformation vers plus d'autonomie de leurs collaborateurs, plus de liberté, plus de bien-être. Après le "green washing", il faut éviter le "change washing" !

 www.lafabriqueduchangement.events/toulouse/

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/03/2017 à 10:22 :
Bonjour . Ires intéressé par votre article car le viens de vendre ma société d’hygiène il y a et de propreté il y a quelques mois maintenant et je me retrouve complètement dans les sujets que vous abordez . Avez vous prévu prochainement de faire une intervention sur Montpellier ?
Cordialement Alain GRANDON
Réponse de le 24/03/2017 à 16:25 :
Bonjour,

Heureux que cet article vous ait intéressé. Voici une adresse mail pour contacter la Fabrique du Changement.
contact@lafabriqueduchangement.fr
En espérant que vous aurez un retour rapide.

Cordialement,

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :