Blagnac se mobilise pour une desserte directe de l’aéroport en métro

 |   |  393  mots
L'aéroport de Toulouse-Blagnac
L'aéroport de Toulouse-Blagnac (Crédits : Remi Benoit)
Bernard Keller se mobilise pour la desserte directe, par la future 3e ligne de métro, de l’aéroport de Toulouse-Blagnac. Le maire de la ville qui compte 1 700 emplois de plus par an veut peser sur les discussions en cours sur le financement du projet.

"Ne pas relier directement l'aéroport et la gare serait une erreur grave." Lors de ses vœux à la presse le 16 janvier à Blagnac, le maire de la ville, Bernard Keller, a confirmé sa détermination à obtenir une modification du projet de 3e ligne de métro.

"Actuellement, il est prévu que la desserte de l'aéroport de Toulouse-Blagnac se fasse seulement avec une rupture de charge, ce qui est extrêmement dissuasif. Avec un aéroport qui a dépassé les 8 millions de passagers et qui a d'énormes projets de développement, la desserte doit être directe. Elle ne saurait être envisagée comme une option ou une variante au tracé officiel."

L'hypothèse d'une desserte directe de l'aéroport (80 millions d'euros) est soutenue par le Ceser ainsi que par la CCI de Toulouse, Air France, Philippe Bardet, président de Rockwell Collins France, et Philippe Robardey, président de Sogeclair. Reste la question du financement de ce tronçon supplémentaire. En juillet 2015, au moment de sa présentation du plan de financement de la 3e ligne, Jean-Luc Moudenc, président de Toulouse Métropole, voulait solliciter les actionnaires de l'aéroport Toulouse-Blagnac, le groupe chinois Casil Europe. Manifestement, Bernard Keller, lui-même vice-président de Toulouse Métropole, ne croit pas à cette option.

"Les Chinois disent à juste titre que ce n'est pas le métier d'une société aéroportuaire de financer un métro. Les Chinois avaient au départ de grosses envies d'investir sur la région mais ils sont habitués à des retours sur investissement à 2 chiffres... Or, si ça rapportait d'investir dans des transports publics, ça se saurait ! Néanmoins, Casil Europe réfléchit désormais au financement de la station située dans l'aéroport."

"Les dividendes d'une politique volontariste"

Dressant le bilan pour Blagnac de 2016, Bernard Keller a parlé d'une année exceptionnelle. Pour le maire PRG de la ville, "Blagnac touche les dividendes d'une politique très volontariste. 2016 a été synonyme d'un essor économique formidable." Et de citer l'inauguration du Wings Campus d'Airbus Group, l'ouverture de la Leadership University d'Airbus Group mais aussi l'implantation de sièges régionaux : Akka Technologies (1 000 salariés dans ses bureaux d'Andromède) et Safran (1 300 salariés accueillis). Bernard Keller a également confié que Rockwell Collins et Altran réfléchissaient à des solutions pour étendre leurs sites.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/01/2017 à 13:23 :
Tout à fait d'accorf.
Il faut développer les pistes cyclables.
Par exemple, pourquoi a-t-on arrêté leurs constructions après l'avenue Maurice Bourgés
Maunoury à Borderouge ?
a écrit le 18/01/2017 à 0:07 :
Bonjour,
Toutes ces têtes pensantes feraient bien de penser aussi à une solution de désengorgements des rocades toulousaines. Quels bouchons incessants !
Que d'heures perdues dans les embouteillages ! Il n'y a pas que l'aéroport !
Réponse de le 18/01/2017 à 7:55 :
bonne remarque; également quels moyens de déplacements autre que les voitures! dans le centre ville , la priorité semble toujours etre donnée aux voitures ; les pistes cyclables sécurisés sont pratiquement inexistantes il suffit de voir quelques réalisations exemple :av compans , à venir la rue des buches? il serai bien d'avoir l avis des petits commerces du centre ville qui eux ne sont certainement pas consultés ;et l on nous parle de pollution sujet actuellement d actualité avec toujours plus de contraintes pour utiliser un véhicule....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :