En Occitanie, l'intérim en hausse de 12 % depuis le début de l'année

 |   |  252  mots
Le chantier du Parc des expostions soutient l'emploi dans le BTP.
Le chantier du Parc des expostions soutient l'emploi dans le BTP. (Crédits : Rémi Benoit)
L'Occitanie est la deuxième région de France où le recrutement en intérim a le plus progressé au cours du mois de janvier, selon le baromètre Prism'emploi. Ces chiffres sont de bon augure sachant que la tendance observée pour l'emploi intérimaire se répercute généralement sur l'ensemble du marché du travail.

Encore une bonne nouvelle pour l'emploi en Occitanie. Après les prévisions encourageantes d'une enquête réalisée par la Banque de France, et un recrutement des cadres qui devrait retrouver son niveau d'avant-crise selon l'Apec, l'emploi intérimaire est lui aussi en plein essor au niveau régional. Selon le dernier baromètre Prism'emploi (organisation professionnelle de l'intérim) dévoilé le 28 février, les effectifs intérimaires sont en hausse de 12 % au mois de janvier 2017 (par rapport à janvier 2016). Cette performance place la région Occitanie en deuxième position, juste derrière les Pays-de-la-Loire (12,2 %).

prism emploi

Dans le détail, au niveau régional, l'emploi intérimaire progresse dans les services (+ 15,4 %), le BTP (+ 14,8 %), l'industrie (+ 14,7 %) et les transports (+ 5,6 %). En revanche, il recule dans le commerce (- 0,3 %). En termes de qualification, l'emploi intérimaire se développe en particulier chez les ouvriers qualifiés (+ 22,6 %), les cadres et professions intermédiaires (+ 11,6 %), les ouvriers non qualifiés (+ 4,7 %) et les employés (+ 4,4 %).

Au niveau des départements, le dynamisme de l'emploi intérimaire est particulièrement manifeste en Haute-Garonne (+ 27,4 %), dans l'Aude (+ 26,2 %), le Lot (+ 24,8 %) et les Pyrénées-Orientales (+ 23,8 %). En revanche, la tendance est à la baisse dans l'Aveyron (- 9,2 %) et l'Hérault (- 9,9 %).

L'intérim, un indicateur avancé de l'emploi

L'évolution de l'intérim est un indicateur scruté de près car il constitue un indicateur avancé de l'emploi. Autrement dit, il anticipe 6 à 12 mois à l'avance les tendances observées sur le reste du marché du travail.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :