Aéroport Toulouse-Blagnac : les actionnaires lancent les travaux d'extension

 |   |  579  mots
De gauche à droite : Philippe Robardey (CCIT), Pascal Boureau (Conseil Départemental), Pascal Mailhos (Préfet), Anne-Marie Idrac (Présidente du Conseil de Surveillance d’ATB), Huabing Wang (Président de Casil Europe), Didier Codorniou (Région), Bernard Keller (Toulouse Métropole), Jean-Michel Vernhes (Président du Directoire d’ATB).
De gauche à droite : Philippe Robardey (CCIT), Pascal Boureau (Conseil Départemental), Pascal Mailhos (Préfet), Anne-Marie Idrac (Présidente du Conseil de Surveillance d’ATB), Huabing Wang (Président de Casil Europe), Didier Codorniou (Région), Bernard Keller (Toulouse Métropole), Jean-Michel Vernhes (Président du Directoire d’ATB). (Crédits : Rémi Benoit)
L’agrandissement du hall D de l'aéroport Toulouse-Blagnac, la construction d’une nouvelle zone commerciale ainsi que d’une jetée destinée au low cost devraient permettre lui permettre d’accueillir 2 millions de passagers supplémentaires par an. Les actionnaires d’ATB ont inauguré le chantier ce mercredi 28 juin.

"Les travaux de l'aéroport de Toulouse-Blagnac sont une nouvelle étape qui permettra à l'aérogare de compter encore davantage aux niveaux européen et mondial", déclare la présidente du conseil de surveillance de l'aéroport Anne-Marie Idrac.
Truelle en main, l'ex-secrétaire d'État aux Transports, le président du directoire de l'aéroport Jean-Michel Vernhes et le nouveau président chinois de Casil Europe Huabing Wang, entre autres, ont inauguré le début des travaux d'extension de l'aéroport ce mercredi 28 juin. Par un geste symbolique, ils ont posé la première pierre du chantier dont le coût s'élève à 30 M€.

"Le partenariat entre public et privé avec l'ouverture du capital à Casil Europe est un concept très nouveau en France. Mais aujourd'hui, tous les actionnaires ont un avantage à ce que l'aéroport se développe et c'est grâce à ce partenariat que cet ambitieux projet est rendu possible", affirme Anne-Marie Idrac.

Développer le low cost

Tout d'abord, les travaux soutenus par l'État, la Chambre de Commerce et d'Industrie de Toulouse, et les collectivités locales, prévoient la construction d'une extension dans le hall D. Cet unique point d'entrée en salle d'embarquement accueillera la totalité des contrôles de sécurité sur un plateau de 3 000 m2 au nord du bâtiment actuel. En outre, une nouvelle zone commerciale de 4 000 m2 dédiée au shopping et à la restauration devrait voir le jour. Ces modifications représentent 20 M€ d'investissement.

Lire aussi : Aéroport de Toulouse : 102 millions d'euros pour le réaménagement

De plus, pour répondre au développement du trafic low cost et aux attentes des compagnies régionales, l'aéroport va étendre ses infrastructures depuis le hall A.

"Le low cost représente presque 40% du trafic et la bataille fait rage entre les aéroports pour attirer ce type de compagnies, explique Anne-Marie Idrac. L'année dernière nous étions très fiers d'accueillir Ryanair et la création d'une jetée spécialement dédiée au low cost devrait confirmer notre positionnement dans ce secteur".

De 10 à 12M de passagers par an

Ainsi, la jetée de 2 500 m2 sera construite dans le prolongement du hall A pour un coût de 10 M€. Avec cinq portes d'embarquement, elle permettra dès le mois d'avril 2018 d'accéder directement au tarmac et de rejoindre à pied les avions stationnés au plus près du hall. Pour rejoindre ceux stationnés plus loin, l'autre façade de la jetée sera équipée de portes donnant accès aux bus de pistes.

"Tous ces changements vont permettre d'augmenter la capacité de l'aérogare de 10 à 12 millions de passagers par an d'ici à 2023-2025", se félicite Jean-Michel Vernhes.

Enfin, puisque l'aéroport de Blagnac est le premier contact des touristes et hommes d'affaire avec la Ville rose et la région Occitanie, un hôtel 4* de 148 chambres exploité par le groupe NH Hotel sera mis en service en septembre 2018. L'établissement comprendra notamment 1 000 m2 d'espaces dédiés aux réunions, conférences et séminaires, un bar, un salon et un restaurant.

Les acteurs bancaires locaux (Caisse d'Épargne de Midi-Pyrénées et Banque Populaire Occitane) ont été largement impliqués dans le financement du projet. De même, plusieurs entreprises du BTP implantées dans le Sud-Ouest ont été retenues pour ce chantier, à l'image de Socotrap et Bourdarrios, ainsi que Kardham (maître d'œuvre) et OTCE (bureau d'études).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :