LGV : après les propos du PDG de la SNCF, mobilisation à Toulouse

 |   |  942  mots
Le TGV arrivera-t-il à Toulouse en 2024 ?
Le TGV arrivera-t-il à Toulouse en 2024 ? (Crédits : ON / Rémi Benoit)
La LGV Bordeaux-Toulouse s'invite à nouveau dans l'actualité. Après les déclarations du PDG de la SNCF remettant en cause le projet, les élus et les défenseurs du GPSO se mobilisent à Toulouse. La Mairie vient par exemple de lancer une pétition pour défendre l'arrivée du TGV à Toulouse. Où en est-on précisément sur ce dossier ? Explications.

Véritable serpent de mer dans la Ville rose, la LGV Bordeaux-Toulouse, attendue depuis de nombreuses années, a fait son retour dans l'actualité ces derniers jours. Les déclarations du PDG de la SNCF sur France Inter le 14 mars dernier ont en effet relancé les débats. Interrogé sur le chantier Tours-Bordeaux qui va relier la capitale aquitaine à Paris en 2h15, Guillaume Pepy a assuré que ce chantier serait "le dernier pour le moment" concernant la LGV. De quoi remettre en cause l'arrivée du TGV à Toulouse pour 2024 ?

Pas le moins du monde pour Jean-Louis Chauzy, président d'Eurosud Transport et ardent défenseur de la LGV. "Guillaume Pepy n'est pas Premier ministre, ironise-t-il. La SNCF n'est pas un financeur du projet et des décisions ont été prises. Il y a eu une déclaration d'utilité publique de la ligne, suite à l'avis favorable émis par le Conseil d'État." Selon lui, le PDG de la SNCF s'est "un peu trop avancé".

Des élus mobilisés

Malgré tout, ces propos ont suscité l'émoi dans le milieu local et les élus ont décidé de se mobiliser. C'est notamment le cas de la Mairie de Toulouse, qui compte sur l'arrivée du TGV pour booster le futur quartier Toulouse Euro Sud Ouest dont elle vient de présenter cette semaine l'un des éléments phare au Mipim, l'Occitanie Tower. La municipalité a ainsi lancé aujourd'hui une pétition pour "soutenir la réalisation de la ligne à grande vitesse entre Toulouse et Bordeaux avec une mise en service en 2024".

L'objectif affiché est ainsi de créer une mobilisation citoyenne pour faire pression sur les différents acteurs du dossier également interpeler les candidats à l'élection présidentielle.

"Toulouse et sa Métropole, qui enregistrent la plus forte croissance démographique française et détiennent le record de création d'emplois privés, qui séduisent de plus en plus de grandes entreprises et de start-up ne peuvent rester plus longtemps à l'écart du réseau ferroviaire à grande vitesse. Je me bats depuis des années pour soutenir ce projet et défendre les intérêts de notre territoire. (...)

J'appelle les habitants à nous rejoindre dans ce combat : il est urgent que les pouvoirs publics et les futurs responsables nationaux qui seront élus au printemps entendent la voix des Toulousains", ainsi déclaré Jean-Luc Moudenc.

"Le Sud ne peut pas être ainsi méprisé"

Du côté de la Région, Carole Delga partage cette détermination. "L'engagement doit être tenu. Je ne lâcherai rien, affirme-t-elle. La LGV doit arriver jusqu'à Toulouse : c'est une question majeure pour l'attractivité de la métropole, des départements concernés, de notre région. C'est aussi une question d'équité territoriale car concernant la LGV en France, nous sommes ici toujours en pleine zone blanche. C'est inacceptable. Le Sud ne peut être ainsi méprisé et, n'en déplaise à Guillaume Pepy, dans cette région et les villes concernées - pas depuis Paris-, nous croyons en l'avenir des territoires."

Selon elle, "le patron de la SNCF ne peut pas parler d'impact positif sur l'emploi, de croissance, d'attractivité de certains territoires reliés à la LGV et dans la phrase d'après, affirmer que la ligne Bordeaux-Toulouse ne se fera pas pour le moment. Un peu de cohérence !"

Guillaume Cros, vice-président du Conseil régional, défend lui aussi l'arrivée du TGV à Toulouse mais son positionnement est différent sur le GPSO. "On entend dire que Toulouse ne peut pas rester en dehors du réseau LGV européen. Mais elle peut y être sans le GPSO." S'il reconnaît qu'il y a "évidemment une responsabilité de faire arriver rapidement le TGV à Toulouse", il propose une solution alternative pour "ne pas attendre 20 ans". "Selon nous, la meilleure solution est l'aménagement de l'existant, sinon on ne tiendra pas l'existant. Pourquoi ne pas étudier cette proposition financièrement ?"

Le président du Ceser Occitanie reste lui convaincu que le GPSO est l'unique solution viable. Et, même s'il affirme qu'il ne reste aujourd'hui à régler que la question du montage financier, l'argument financier n'a pour lui "aucun sens" pour s'opposer au projet. "Quand on a fait le TGV jusqu'à Strasbourg uniquement pour sauver le Parlement européen, on ne s'est pas posé la question du prix. Il n'y a que les écologistes qui y sont opposés. Il n'y a pas d'alternative, sinon de ne rien faire", assure Jean-Louis Chauzy.

Privilégier Montpellier-Barcelone ?

Bien au contraire, Guillaume Cros estime que, sans même parler des aspects environnementaux, "si l'on s'en tient uniquement à la bonne gestion des fonds publics, on voit que le financement de la LGV est très compliqué. Le montage financier en public-privé est très difficile à mettre en place." Il ressent par ailleurs moins d'enthousiasme du côté du président de la Région Nouvelle Aquitaine qu'il assure "avoir connu plus virulent" sur le sujet.  Il rappelle par ailleurs un accord de mandat entre le PS et les écologistes en Nouvelle Aquitaine autour du non-financement de la LGV.

Il est selon lui essentiel de préserver les trains du quotidien, qui sont aussi une priorité de Carole Delga. Et, s'il défend un projet de LGV, c'est celui reliant Montpellier à Barcelone. "Elle est totalement justifié car le réseau est saturé, qu'il y a beaucoup de fret et une nécessité de mettre les camions sur les trains."

Un débat qui se poursuivra lors de la dernière table ronde du Sommet Économique Occitanie Nouvelle Aquitaine qui se tiendra le 23 mars prochain à Toulouse. Pour vous inscrire, c'est ici.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/03/2017 à 17:26 :
Encore une fois, les élus Toulousains racontent des balivernes. Qu'ils soient pro LGV, OK, pourquoi pas mais pas pour les raisons invoquées. Toulouse a eu le plus fort taux de croissance de toutes les régions françaises sans LGV depuis 15 ans. Il faut le répéter. Le problème n'est pas là, ils veulent gagner plus de temps, comme si 15 minutes va bouleverser la structure économique des affaires. Pas sérieux. La LGV n'est pas la solution car tout le monde sait, sauf les élus qui recherchent peut être autre chose, que au delà de 3h, le report modal ( Avion Voitures versus le train) est fortement affecté. On sait que pour seuls 2 trains par jour le parcours sera 3h15, pour les autres ce sera 3h35 à 3h45 . La fréquentation sera donc considérablement affectée. Or pour un cout de 9,486 milliards € et sans doute 12 à 14Milliards€, la rentabilité sera considérablement réduite. La SNCF l'estime à une perte annuelle de 400 Millions. Il me semble parfaitement légitime que le président de la SNCF se préoccupe de son compte d'exploitation maintenant, c'est son rôle et même son devoir . N'en déplaise à M.Chauzy pour qui le mot rentabilité semble ne pas avoir le même sens à moins qu'il ne s'en moque.
De plus, M.Chauzy et Mme Delga semblent oublier aussi que face aux DUP signées, des recours au Conseil d'Etat et aux Tribunaux Administratifs concernés ont été déposés. Ceci est suspensif de toute action. Cela ils ne le disent pas. Ils ne disent pas non plus que dans ces recours il a été signalés un nombre conséquent d'illégalités, de mensonges et d'obligations non tenues qui sont fortement susceptibles d'être retenus par les autorités judiciaires contre le projet et annulant ainsi les DUP signées. Désinformations ou tricheries ???
a écrit le 19/03/2017 à 12:31 :
La SNCF ne sera pas tenue a faire rouler ses trains sur cette ligne si les péages sont exorbitants!!!
a écrit le 18/03/2017 à 17:36 :
Quand on boit un Dijon Toulouse en 8h30 mieux vaut un intérêtcite
a écrit le 18/03/2017 à 11:36 :
Il est evident que la LGV Montpellier-Perpignan est prioritaire sur la ligne Toulouse-Bordeaux. Non pas pour Montpellier et Perpignan, mais avant tout pour relier l'ensemble de la péninsule ibérique au réseau européen ! Il est inacceptable que Madrid, Barcelone ou Valencia soient tenues à l'écart de la sorte si on a la moindre ambition pour l'Europe. La ligne littorale est saturée, voire dangereuse, ce qui n'est pas le cas de la liaison Toulouse-Bordeaux qui peut être simplement améliorée. Le choix de prioriser la LGV Bordeaux-Toulouse est le fruit d'un lobbying intense mais pas une nécessité.
a écrit le 18/03/2017 à 11:36 :
Il est evident que la LGV Montpellier-Perpignan est prioritaire sur la ligne Toulouse-Bordeaux. Non pas pour Montpellier et Perpignan, mais avant tout pour relier l'ensemble de la péninsule ibérique au réseau européen ! Il est inacceptable que Madrid, Barcelone ou Valencia soient tenues à l'écart de la sorte si on a la moindre ambition pour l'Europe. La ligne littorale est saturée, voire dangereuse, ce qui n'est pas le cas de la liaison Toulouse-Bordeaux qui peut être simplement améliorée. Le choix de prioriser la LGV Bordeaux-Toulouse est lebfruit d'lobbying intense mais pas un nécessité.
Réponse de le 19/03/2017 à 12:39 :
Il est inacceptable que Madrid, Barcelone ou Valencia soient tenues à l'écart de la sorte .
je vous rappel que la Catalogne va faire sécession de l'Espagne et que Madrid ou Valencia ne seront plus connectés avec la Catalogne... ni par la route ni par une voie ferré?
a écrit le 18/03/2017 à 9:40 :
M. Chauzy ne dit pas tout et a "oublié" que la Commission d'enquête publique a donné un AVIS DEFAVORABLE ! La pétition lancée à Toulouse pourrait-elle avoir plus de poids que l'enquête publique ? Ce serait aggraver encore le déni démocratique. Ce serait Toulousains contre Aquitains et Occitans. Ce serait folie contre raison.
Une alternative existe : moderniser et sécuriser la ligne existante, pour 4 fois moins cher avec seulement 20 minutes d'écart (cf. Etudes Cabinet Claraco et Ecole de Lausanne).
Par ailleurs, il est reconnu que les LGV n'apportent rien aux territoires traversés ni aux villes intermédiaires. Qu'espère la florissante Toulouse avec une LGV qui la conduirait à Paris en 3 h 15 alors qu'elle peut rejoindre Paris par la navette aérienne en 1 heure ?
Que ces élus et décideurs accros de LGV soient enfin respectueux des finances publiques et cessent par leurs rêves d'en rajouter à nos 2200 milliards de dette...
a écrit le 17/03/2017 à 18:25 :
N'en déplaise à beaucoup de monde cette ligne n'est pas une nécessité (gagner 1heure sur ce trajet, quelle victoire!) ce ne sera pas rentable à l'inverse entretenir les voies pour avoir plus de régularité sur les liaisons TER ou les intercités faciliterait la vie des travailleurs. Le tourisme tout en étant une composante économique importante du pays n'est pas la seule.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :