Travaux publics : l’effet Pex ne parvient pas (encore) à relancer le secteur

 |   |  420  mots
Les travaux du Pex, insuffisants pour relancer les entreprises de travaux publics
Les travaux du Pex, insuffisants pour relancer les entreprises de travaux publics (Crédits : Rémi Benoit)
Effets attendus des grands chantiers de la métropole, Plan Marshall pour le BTP annoncé par la Région... Malgré les bonnes nouvelles, les grands espoirs des entreprises de travaux publics ne se sont pas encore concrétisés.

"Le premier trimestre 2017 a été mitigé avec une activité en baisse de 6 % dans les travaux publics par rapport à l'année dernière et, ce qui nous préoccupe surtout, c'est une baisse de 12,1 % du montant des lots dans les appels d'offres. Ceci représente 207 millions d'euros de lots attribués depuis le début de l'année, contre 248 millions d'euros l'année dernière", pointe Thierry Le Friant, récemment élu président de la FRTP Occitanie (qui rassemble plus de 5 000 établissements et pèse 3,7 milliards d'euros de chiffre d'affaires).

Pourtant, il y a peu de temps, la Fédération régionale des entreprises de travaux publics saluait l'impact du lancement du Parc des expositions (PEX) et pronostiquait une hausse d'activité de 3 à 5 % pour les trois prochaines années.

"Ce chantier améliore la visibilité des entreprises, mais c'est le seul grand projet lancé pour l'instant et ce n'est pas suffisant, tempère Thierry le Friant. En tout cas, ça ne reflète pas le quotidien des entreprises de la région, pour lesquelles le marché moyen varie plutôt entre 200 000 et 300 000 euros."

En moyenne, les entreprises du secteur affichent des carnets de commande remplis pour les 4 mois et demi qui viennent. Et, selon un sondage de la profession, ce sont les entrepreneurs de l'ancienne région Midi-Pyrénées qui sont les plus pessimistes. Un avis que Thierry Le Friant tient à nuancer : "Au contraire, nous sommes persuadés que l'amélioration de l'activité se fera sentir à partir du second semestre de l'année, selon nos perspectives par maître d'ouvrage. D'ailleurs, les entreprises ont déjà exprimé leurs besoins en recrutements."

La parole aux citoyens sur les besoins en infrastructures

La FRTP poursuit par ailleurs son tour de France initiée à Paris, en février dernier, à l'occasion du forum des travaux publics. Il s'agissait alors d'interpeller les candidats à la présidentielle sur les conséquences qu'aurait une réduction des dépenses publiques de 100 milliards d'euros envisagée par certains, sur le nouveau quinquennat.

Bruno Cavagné, le président de la FNTP a ainsi formulé 12 propositions intitulées "Réinvestissons la France". À quelques jours des législatives, la profession poursuit son lobbying et le 10e débat régional se tiendra à Montauban* le 7 juin prochain en présence de candidats.

Fin de la boucle à Paris à la rentrée prochaine : Bruno Cavagné a prévu de réunir les nouveaux députés pour les mobiliser que les questions liées aux infrastructures du territoire.

*Inscription sur reinvestissonsoccitanie@gmail.com

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :