Le scientifique Michel Attal reçoit le Prix 2016 du Cercle d’Oc

 |   |  396  mots
Jean-Luc Moudenc (Toulouse Métropole), Charles Champion (Airbus), Bernard Keller (Toulouse Métropole), Michel Attal (IUCT), son épouse, Nadia Pellefigue (Conseil Régional), Line Malric (Conseil départemental de la Haute-Garonne). ©Lydie Lecarpentier
Jean-Luc Moudenc (Toulouse Métropole), Charles Champion (Airbus), Bernard Keller (Toulouse Métropole), Michel Attal (IUCT), son épouse, Nadia Pellefigue (Conseil Régional), Line Malric (Conseil départemental de la Haute-Garonne). ©Lydie Lecarpentier (Crédits : DR)
Devant 200 chefs d'entreprises, PDG et décideurs de Midi-Pyrénées réunis au Airbus Leadership University, Michel Attal a reçu jeudi 10 novembre le prix 2016 du Cercle d'Oc. Le réseau présidé par Christian Desmoulins a voulu distinguer le parcours de l’hématologue et son action à la direction de l’Institut Universitaire du Cancer à Toulouse.

Michel Attal, hématologue et directeur général de l'Institut Universitaire du Cancer à Toulouse était l'invité d'honneur, jeudi 10 novembre, du Cercle d'Oc, le réseau de chefs d'entreprises toulousains présidé par Christian Desmoulins. Le prix récompense chaque année une personnalité du monde industriel, scientifique ou culturel ayant participé au rayonnement de Toulouse.

Une avancée considérable du traitement de la maladie

Il y a 40 ans, le délai médian de survie pour un malade atteint du myélome multiple (affection de la moelle osseuse) était de deux ans. Aujourd'hui, a précisé Christian Desmoulins "grâce aux travaux de Michel Attal et de la communauté internationale, ce délai est passé à 15 ans pour les patients de moins de 70 ans. Chaque année en France entre 3 000 et 4 000 personnes sont touchées par cette maladie et elles sont traitées à la fois par chimiothérapie, corticothérapie, radiothérapie et immunothérapie. Les publications de Michel Attal (plus de 300) ont permis une avancée considérable du traitement de la maladie".

Michel Attal a 62 ans. Il a fait ses études à la faculté de médecine de l'Université Paul Sabatier. Hématologue, il devient docteur en 1978, professeur en 2004, directeur général de l'Institut Claudius Régaud en 2012, puis directeur de l'Institut Universitaire du Cancer à Toulouse en 2015.

"Cette structure est unique France, c'était même une hérésie absolue aux yeux de certains, a rappelé Michel Attal. Vouloir fusionner une structure publique et une structure privée, un centre hospitalier un centre de recherche, c'était une utopie mais cette structure existe bel et bien depuis 2 ans et n'est pas déficitaire ! L'activité de recherche se développe et est de plus visible dans les colloques et nous avons beaucoup de projets en matière d'immunothérapie, de thérapies ciblées et de protonthérapie."

La soirée se déroulait au Airbus Leadership University, le bâtiment dédié à la formation des cadres du groupe aéronautique et nouvellement inauguré à Blagnac, la ville dirigée par Bernard Keller, lui-même ancien d'Airbus et fondateur du Cercle d'Oc en 1993. Celui-ci a rappelé les raisons d'être du Cercle d'Oc : "rassembler des responsables d'entreprises en dehors des instances politiques. Le Cercle fonctionne à l'anglaise pour la cooptation mais à la toulousaine pour la tonalité et la manière de suivre les affaires économiques."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :