Satellites : à Toulouse, Tom Enders déclare sa flamme à l'Américain Greg Wyler

 |   |  490  mots
Tom Enders à Toulouse le 27 juin 2017 pour l'inauguration de la FAL OneWeb Satellite
Tom Enders à Toulouse le 27 juin 2017 pour l'inauguration de la FAL OneWeb Satellite (Crédits : Rémi Benoit)
Tom Enders a inauguré ce mardi 27 juin la première ligne d'assemblage de satellites de la constellation OneWeb, à Toulouse. Le président d'Airbus reconnait que sa décision de se lancer dans cette aventure n'est pas seulement stratégique pour son groupe, mais qu'il a aussi été séduit par Greg Wyler, le charismatique fondateur de OneWeb.

Il était le grand absent de la journée mais au cœur de toutes les discussions. L'Américain Greg Wyler, fondateur de la société OneWeb, n'a pas pu se rendre à Toulouse ce mardi 27 juin pour l'inauguration de la première chaine d'assemblage de satellites au monde : celle d'où sortiront les premiers satellites de la constellation OneWeb. Pour rappel, OneWeb (900 satellites) a pour vocation d'offrir un accès internet bon marché à l'ensemble des habitants de la planète. C'est à Toulouse, dans les locaux d'Airbus Defence & Space, que seront fabriqués une partie de ces engins (la majorité sera fabriquée en Floride).

À la manœuvre, l'entreprise OneWeb Satellites : une joint-venture 50/50 entre le géant américain OneWeb (opérateur telecom) et le constructeur européen Airbus.

Lire aussi : Airbus Defence & Space va fabriquer les 900 satellites de OneWeb

"Le feeling joue un rôle"

Bien présent ce matin en revanche, le patron d'Airbus, Tom Enders, a reconnu qu'il a été séduit par la personnalité de Greg Wyler, le fondateur milliardaire de OneWeb.

"C'est un visionnaire, qui a décidé de connecter absolument tout le monde sur la planète. C'est une des personnes les plus inspirantes de ce que l'on appelle le New Space. En plus de cela, c'est un entrepreneur hors pair."

Interrogé par La Tribune Toulouse sur sa fascination pour Greg Wyler, Tom Enders assume :

"Quand je prends une décision business, les chiffres sont évidemment importants mais les chiffres ne font pas tout. Le feeling joue un rôle dans tout ça. Greg Wyler est non seulement un visionnaire mais aussi un entrepreneur. Au début on peut se demander : est-ce un rêveur ? Est-ce que c'est encore un de ces innombrables projets voués à l'échec ? Mais non, tout cela est très sérieux et tout cela aura un effet très bénéfique sur le business du spatial, bien au delà du projet en lui-même."

 Lire aussi : New space : la société OneWeb lève 1,2 milliard de dollars

Greg Wyler, 48 ans, est ingénieur de formation. Moins connu qu'Elon Musk avec son Space X mais tout aussi ambitieux dans ses projets, il est à la fois perçu comme un visionnaire, et comme un homme "de coups" (lire : Et si le projet OneWeb était à risque pour Airbus... ). Convaincu que l'accès au web est un préalable indispensable au développement économique, il a fondé en 2002 en Afrique la société Terracom, spécialisée dans les télécommunications. Quelques années plus tard, il a créé la société O3b (pour "the Other 3 billion", ceux qui ne sont pas connectés à internet), dont la mission est déjà de connecter des gens qui ne le sont pas en raison d'infrastructures insuffisantes ou défaillantes. Il a quitté O3b pour fonder OneWeb, en 2012.

 Lire aussi :  Huit choses à savoir sur la chaîne d'assemblage OneWeb Satellites à Toulouse

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/06/2017 à 20:21 :
Tom est tellement passionné par les satellites que bien qu'étant à Toulouse il ne daigne pas rendre visite à la plèbe qui travaille sur le site. Notre seigneur est bon, il nous laisse travailler.....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :