Geneviève Campan, la spécialiste "big data" du Cnes

 |   |  500  mots
Geneviève Campan dirige la direction des services informatiques du Cnes
Geneviève Campan dirige la direction des services informatiques du Cnes (Crédits : DR)
Geneviève Campan est à la tête de la direction des systèmes d’information du Cnes. Cette ingénieure passionnée a vécu les débuts de la navigation par satellite puis géré l’ensemble des satellites du Cnes dans les années 2000, avant de s'occuper plus particulièrement des "données". Retour sur le parcours d’exception de cette femme manageure, nommée dans la catégorie Numérique des "La Tribune Women’s Awards". Un événement organisé par La Tribune-Objectif News le 7 juillet prochain.

Au Cnes, Geneviève Campan a tout connu, en commençant par le stage. Diplômée de l'Enseeiht et titulaire d'un DEA de Maths appliquées, la jeune femme met les pieds la première fois au Centre national d'études spatiales au début des années 80. Celle qui dit n'avoir jamais été carriériste a alors eu une sorte de révélation :

"J'ai réalisé que les maths pouvaient résoudre des problèmes physiques et que l'on pouvait travailler l'orbite d'un satellite à partir des maths."

Et voilà comment cette spécialiste des mathématiques appliquées a entamé sa carrière. Et quelle carrière ! Geneviève Campan a passé 17 ans dans la division "Mathématiques spatiales".

Dans ce cadre-là, elle a notamment participé à des opérations de manœuvre de satellites de télécommunication, avant d'être responsable de l'ensemble mécanique spatial pendant 10 ans.

Débute alors une carrière de manageure. Dès 1991, elle gère 10 à 15 personnes et, en 1996, elle devient manageure de division avec 70 personnes sous sa responsabilité. Elle travaille alors sur les opérations de tous les satellites de télécoms. De fil en aiguille, l'ingénieure en vient ensuite à gérer l'ensemble des satellites du Cnes et les stations au sol, en tant que sous directrice exploitation et opération.

"À un moment, nous avons eu jusqu'à 18 satellites en l'air, dont une mise en poste, et je me souviens encore du nom de chaque satellite", raconte-t-elle aujourd'hui très simplement.

La madame Data du Cnes

Un parcours éclectique qui a mené Geneviève Campan à créer, en 2008, un département "Mission et exploitation des données". Depuis 2011, elle dirige la direction des services informatiques du Centre national des études spatiales.

"C'est le dernier cap de ma carrière, dit-elle. Et cela me va bien, car c'est un travail d'équipe permanent. Je gère à la fois les problématiques standards de l'entreprise, mais aussi tout ce qui sert au métier du spatial, les réseaux, l'architecture informatique, la sécurité informatique des données de stockage, data center, big data..."

Geneviève Campan fait désormais partie du Comex du Cnes, "un poste transverse", mais reste aussi profondément manageure et dirige encore 150 personnes au quotidien.

"Il paraît que je suis exigeante, mais j'ai plutôt le sentiment d'être dans le participatif. J'accepte les erreurs à condition qu'on ne les reproduise pas et je n'aime pas être dans la justification."

Au quotidien, elle veille sur ses équipes et vient notamment de lancer avec l'aide d'un cabinet extérieur un projet baptisé "Reboost" pour compenser ce qu'elle qualifie de "manque de reconnaissance au sein de l'entreprise". Son prochain défi ? "Que ce projet se concrétise au quotidien."

Geneviève Campan fait partie des trois dirigeantes nommées dans la catégorie numérique des La Tribune Women's Awards. Un événement organisé par La Tribune-Objectif News le 7 juillet prochain à partir de 18h30 à la CCI de Toulouse

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :