Start-up, les six nouvelles pépites de l'Incubateur Midi-Pyrénées

 |   |  1299  mots
Quatre des six porteurs de projets : Tawfik Moungla (Healthysium), Christophe Camperi-Ginestet (Sunwaterlife), Callum Torr (Neventy) et Olivier Thauvoye (I-Pact )© photo Incubateur Midi-Pyrénées
Quatre des six porteurs de projets : Tawfik Moungla (Healthysium), Christophe Camperi-Ginestet (Sunwaterlife), Callum Torr (Neventy) et Olivier Thauvoye (I-Pact )© photo Incubateur Midi-Pyrénées
Elles s'appellent Arborati, Healthysium, I-Pact, Meet My Designer, Neventy et Sunwaterlife. Ces six start-up ou projets viennent d'intégrer l'Incubateur Midi-Pyrénées, "la fabrique de start-up", et bénéficieront notamment d'un accompagnement financier : une avance remboursable limitée à 50.000 euros. Les six projets ont été choisis parmi 36 candidatures.

De la biotech à la mode, de la e-santé à la purification d'eau, les six projets nouvellement sélectionnés par l'Incubateur Midi-Pyrénées touchent un large éventail de secteurs. Cette troisième promotion de l'Incubateur "nouvelle génération" commence ce mois-ci sa session d'accompagnement, prévue pour s'étendre sur une année. "Nous avons reçu des candidatures dans des secteurs très variés ce qui nous permet de mixer à la fois des innovations technologiques, cœur de cible historique de l'Incubateur, et des innovations sociales, en adéquation avec son nouveau positionnement" souligne la directrice de la structure depuis deux ans, Anne-Laure Charbonnier. Revue de détails des différents projets :

Arborati

Arborati, c'est une nouvelle jonction entre l'art et les accessoires de mode au quotidien. Une équipe de neuf ex-étudiants toulousains a eu l'idée de décliner les créations de jeunes artistes en les imprimant sur des vêtements, des sacs-à-main (vendus 110 euros), des pochettes (vendues 70 euros), des mugs, etc. L'entreprise a fait appel avec à une quinzaine d'artistes, dont Jean-Luc Feugeas et Isabelle Fregevu Claracq, pour créer la première collection. Les vêtements sont fabriqués en France. Le projet est déjà bien avancé puisque la société est déjà immatriculée et la commercialisation a débuté l'été dernier. Diplômée d'un MBA de la Toulouse Business School (TBS), Olivia Lans-Hebrard, la porteuse du projet au sein de l'Incubateur Midi-Pyrénées explique : "On s'est rendu compte qu'on n'était pas assez consolidés pour se lancer de façon pérenne. Nous envisageons de basculer d'une commercialisation exclusivement en B to B vers le mode B to C". "Le modèle économique n'est pas encore au point", admet-elle. De nouveaux fonds permettront bientôt d'accélérer la vente directe puisque la société est en train de finaliser la levée de 300.000 euros auprès du club Capitole Angels.

Healthysium

Partant du constat que la maîtrise des dépenses en R&D s'avère cruciale pour les laboratoires pharmaceutiques, le jeune Tawfik Moungla et le chercheur Claude Knauf ont décidé de s'associer pour leur proposer un protocole d'étude de sélection des molécules les plus prometteuses. Fort de ses travaux à l'Inserm portant sur l'axe cerveau-intestin, Claude Knauf a développé un savoir-faire "inédit" d'évaluation de la communication inter-organes en temps réel. Et avec son ancien entraineur de foot, devenu son associé, ils entendent bien le commercialiser auprès des plus grands groupes. "L'objet de notre présence au sein de l'Incubateur est de trouver la bonne formule de modèle économique" explique Tawfik Moungla. Si pour l'instant, le protocole a été testé avec des molécules entrant dans le champ de la diabétologie et de l'obésité, d'autres marchés pourraient s'ouvrir : celui de l'alimentation santé notamment.

I-Pact

D'un côté, l'obligation de rentabilité et la baisse du nombre de médecins dans les années à venir conduisent le gouvernement à mettre une forte pression sur les établissements pour qu'ils aient un maximum recours à la prise en charge en ambulatoire. De l'autre, les professionnels de santé éprouvent des difficultés pour cibler la prise en charge de la douleur des patients revenus à leur domicile. Entre les deux : il y a la télémédecine. C'est sur ce créneau que se positionne I-Pact (pour Innovative Patient Care). "Via leur ordinateur, tablette ou smartphone, les patients remplissent en ligne une grille d'auto-évaluation de la douleur. Les données sont ensuite analysées par un algorithme décisionnel, qui génère des alertes graduées en fonction de l'état de la douleur de chaque patient. L'objectif étant d'optimiser la prise en charge en ciblant les patients qui le nécessitent le plus et éviter que leur état s'aggrave à domicile" explique Olivier Thauvoye, porteur du projet. Le dispositif est développé en partenariat avec l'Institut Claudius Rigault (ICR), dont l'équipe douleur prend déjà en charge 300 patients par an grâce à la télémédecine.

Meet My Designer

Selon la fédération nationale du prêt-à-porter, 60% des jeunes créateurs de mode éprouvent des difficultés à réunir les fonds nécessaire au lancement de leur première collection. À l'heure du financement participatif, la solution est peut-être du côté d'Internet. Boris Mounet et son équipe ont fait le pari d'un site de financement participatif spécialisé dans la mode : ils portent le projet "Meet My Designer". "Le site fonctionne déjà, et regroupe 200 créateurs mais l'accompagnement de l'Incubateur va nous permettre d'affiner notre vision stratégique de développement : savoir vers quel avocat ou quel expert comptable solliciter" lance Boris Mounet. À la différence d'une plateforme de crowndfunding classique, ce projet ambitionne de "créer un écosystème autour du créateur" en proposant non seulement de l'aide au financement mais aussi une solution de commercialisation en ligne de ses créations, un accompagnement dans les relations avec la presse spécialisée, voir à termes une commercialisation en boutiques éphémères grâce à des partenariats. "On fait de l'amorçage participatif" résume le porteur de projet. La start-up implantée dans la TIC Valley de Toulouse prépare une levée de fonds, comme le confie Boris Mounet : "On réfléchit à faire entrer un actionnaire. On cherche quelqu'un sur Toulouse ayant un background dans le milieu de la mode, car on cherche aussi un réseau de proximité".

Neventy

Du point de vue d'un patron de bar ou de boîte de nuit, le taux de remplissage de son établissement n'est pas toujours optimal certain soir en semaine. Alors comment attirer et surtout fidéliser la clientèle ? Si beaucoup mettent en place des promotions, six jeunes Toulousains ont autre chose à leur proposer : mettre en avant leur offre via une plateforme centralisant les lieux de sorties toulousains : Neventy. "Le prototype sera prêt d'ici fin avril-début mai" annonce le porteur de projet, Callum Torr. Les clients qui passeront par le site pourront imprimer un ticket d'entrée doté d'un QR code qui leur permettra de bénéficier de tarifs promotionnels. "Le site permettra aux clients de découvrir de nouveaux bars, l'application répondra plutôt à un usage au moment de sortir" détaille-t-il. L'une des questions néanmoins sera celle de la gestion des données personnelles enregistrées. "C'est l'un des points sur lesquels nous devons travailler lors de notre accompagnement par l'incubateur" convient le porteur de projet.

Sunwaterlife

"Le problème de l'eau tue davantage que les guerres" pointe Christophe Camperi-Ginestet. Cet ancien cadre de chez Freescale déjà expérimenté en Afrique subsaharienne entend commercialiser des systèmes mobiles et autonomes de purification d'eau dans les pays en voie de développement. Grâce à l'énergie solaire, la grande valise de Sunwaterlife permettra de rendre potable 700 litres d'eau par jour, qui pourront servir à une cinquantaine de familles. Coût d'une valise : 5.000 euros. "Nos prospects seront les gouvernements nationaux, les collectivités locales, voire les ONG" précise Christophe Camperi-Ginestet. Pour l'instant, il n'existe qu'un prototype de valise, elle sera testée sur le terrain d'ici six mois, pour une commercialisation prévue à la fin de l'année 2014. La fabrication sera réalisée à Toulouse. Comme tout projet à destination des pays en voie de développement, Sunwaterlife devra être capable de mobiliser un réseau de correspondants fiables sur place. Justement, Sunwaterlife dispose déjà de contacts au Niger et au Mali grâce à la précédente activité professionnelle du porteur du projet. "L'objectif de notre accompagnement par l'Incubateur est d'affiner notre business model et de bénéficier du partage d'expériences" conclue Christophe Camperi-Ginestet.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :