600 personnes au Sommet économique du Grand Sud à Montpellier

 |   |  420  mots
Une des tables rondes a été consacrée à la compétitivité
Une des tables rondes a été consacrée à la compétitivité
600 personnes ont participé le 5 décembre au 3e Sommet économique du Grand Sud qui se tenait à Montpellier. Objectif Languedoc-Roussillon a réuni des chefs d'entreprise, des décideurs, des économistes, et des élus sur les thèmes de la croissance, de la compétitivité et de la coopération.

La 3e édition du Sommet économique du Grand Sud s'est tenue hier à Montpellier (34). L'événement était organisé par notre partenaire Objectif Languedoc-Roussillon, membre de France Économie Régions, comme Objectif News. Une trentaine d'experts, chefs d'entreprises et élus politiques ont débattu lors des différentes tables rondes, autour d'un thème commun : "La croissance de nos entreprises dans les métropoles et les régions à l'horizon 2030". De nombreux Midi-Pyrénéens avaient fait le déplacement et quatre d'entre eux sont intervenus lors des tables rondes dont le fil rouge a été la nécessité d'innover, au sein des entreprises mais aussi dans la relation entre les entreprises et les collectivités ainsi qu'entre les entreprises elles-mêmes.

Le rôle des collectivités dans la vie économique régionale

Répondant à Marc Lhermitte (associé EY Advisory) qui a affirmé que "l'action publique n'est pas au rendez-vous de la compétitivité", Martin Malvy (président du Conseil régional de Midi-Pyrénées) a noté : "La loi va reconnaître le rôle de l'économie aux régions et c'est très positif. Cela n'exclut pas qu'elles auront un certain nombre de partenaires : les métropoles et les entreprises." De son côté, Bernard Keller (vice-président de Toulouse Métropole) a estimé que "la compétitivité des entreprises est tributaire de la compétitivité des territoires."

Rejetant globalement un "discours convenu et qu'on aurait pu entendre il y a déjà 20 ans", Ludovic Lemoan (PDG de Sigfox et président de la Tic Valley) a jugé pour sa part que "nous sommes en pleine mutation avec un potentiel de croissance énorme. Il faut simplement que les paradigmes changent. N'oublions jamais que ce sont les entreprises qui créent la richesse et les emplois." Le chef d'entreprise, rappelant que Sigfox (premier opérateur d'un réseau cellulaire bas débit dédié aux objets connectés) prévoit d'étendre son réseau à plus de 60 pays d'ici cinq ans, a regretté "n'avoir jamais réussi à travailler avec Toulouse".

Le Sommet économique aura finalement permis de nombreux échanges très positifs sur la créativité et le potentiel de croissance de l'économie. On retiendra notamment l'intervention de Karim Messeghem, professeur à l'Université Montpellier 1 et directeur du Labex Entreprendre, ou encore celle de Marc Doncieux (PDG d' Europa Organisation), affirmant : "50% des métiers d'aujourd'hui n'existeront plus demain. 50% des métiers de demain n'existent pas encore !"

En 2014, c'est Toulouse qui organisera le Sommet du Grand Sud.

Emmanuelle Durand-Rodriguez
©photo Edouard Hannoteaux

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :